02 Juin 2018 – La Vallée

Une fois revenu de ma belle randonnée sur la North Coast Trail, je suis retourné au travail pour une petite semaine. Ayant un horaire adapté et quelques petites journées de vacances de plus, je me suis donc accumulé 3 autres semaines (de liberté) soit du 2 au 23 juin 2018 (en fait jusqu’au 5 juillet).  « Tant qu’à rester à la maison, faut bien en profiter pour voir un autre coin du Québec ». J’ai donc opté pour faire un bref tour de la Gaspésie.

C’est donc le 2 juin 2018 que je quitte la Côte-Nord pour me rendre de l’autre côté du Fleuve Saint-Laurent. J’ai décidé de faire le tour en sens antihoraire en commençant par le secteur de la Vallée. De Matane, j’ai longé la rivière Matapédia par la route 195. L’endroit ma tout de suite conquise avec sa rivière sinueuse et ses vallées émergeant à l’horizon.

J’ai roulé 65 kilomètres au Sud afin d’arriver à Saint-Alexandre-des-Lacs, ma première destination. La municipalité de Saint-Alexandre-des-Lacs est située au nord-est de la Vallée non loin d’Amqui. Ce petit village compte trois cents Alexandriennes et Alexandriens et est constituée de nombreuses collines et de dix-sept lacs. Les habitants de Saint-Alexandre-des-Lacs se plaignent avec raison que ce soit dommage que la principale attraction touristique, les Chutes à Philomène, soit situées à l’entrée du village, parce que les vacanciers viennent admirer les Chutes à Philomène sans passer par le village qui offre un repos bien mérité. La corporation de développement de Saint-Alexandre-des-Lacs a récemment mis en valeur le site de la Chute à Philomène. Cette chute de 33 mètres est l’une des plus impressionnantes de la région et est accessible par deux sentiers qui mènent, soit au pied de la chute, soit au sommet. L’endroit est accessible en tout temps et quelques panneaux d’information et d’interprétation de la nature sont sur place.  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le site est situé à 3km de la route 132 et on y trouve un stationnement tout juste à l’entrée du village. Deux sentiers sont offerts, soit un se dirigeant vers le sommet alors que l’autre descend vers le bas de la chute. C’est un bel endroit pour pique-niquer et prendre du repos. Il ne faut que 30 minutes pour visiter l’endroit. Le nom de ces chutes nous vient d’une certaine “Madame Philomène Dubé” mariée à François Gauthier qui furent les premiers à demeurer dans le rang à la fourche des chemins près de la chute.

Ayant une belle température, j’ai pris mon temps pour admirer cette chute. L’endroit semble fort bien paisible et mérite un petit coup d’œil. Pour aller au bas de la chute, il faut emprunter un sentier aménagé et y descendre (et remonter…) nombreuses marches. Cela fait pratiquer le cardio pour quelques secondes bien entendu mais la vue en vaut le coup ! Le sentier pour aller au haut de la chute se fait dans un sentier naturel tracé par les gens qui l’emprunte. Il n’y a pas grande vue car nombreux arbres cachent les horizons. Je suis donc revenu sus mes pas pour terminer la visite.

 

Sur la route, je me suis arrêté au village de Causapscal, ou j’ai tenté de trouvé un sentier longeant la rivière mais en vain. J’ai donc observé quelque pêcheur de saumon à l’action avant de prendre la route en direction sud. Le temps filait à toute allure et j’avais 3 autres arrêts à faire avant ma destination finale de la journée. L’arrêt suivant s’est fait à l’Ascension de Patapédia. Après une heure et demie de route, je me suis dégourdie les jambes en faisant le sentier  »Soleil d’Or ». Pour s’y rendre, il faut se diriger au bout du village. Il faut se stationner au camping de son même nom. L’endroit est bien charmant et offre 16 emplacements de camping à trois services, deux chalets comprenant toutes les commodités, un amphithéâtre avec activités et un petit dépanneur. Malheureusement, il était fermé lors de ma venue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De cet endroit, on peut y faire un sentier à 335 m d’altitude. Au début du parcours, on peut se rendre à un belvédère qui offre une vue plongeante sur la rivière Ristigouche. Celle-ci est en fait une frontière naturelle entre le Québec et le Nouveau-Brunswick. Le sentier se poursuit dans une forêt mixte menant à l’observatoire des Pins. Il faut donc descendre un escalier de 273 marches bordé de chaque côté par des pins, d’où son nom. Une fois terminé, on atteint un autre belvédère offrant une vue de la rivière Ristigouche sous un autre angle. On peut terminer le sentier en faisant la boucle en forêt.  Le trajet est bien aménagé et fait au total 1,5km. Je dois avouer que ce fût une très belle découverte.

 

Après avoir parcouru le sentier  »Soleil d’Or », je me suis dirigé à Saint-François-d’Assise, le petit village aux côté de l’Ascension de Patapédia. Selon les saisons, l’endroit propose nombreuses activités de plein air. Il y a quelques sentiers possibles situés au rang Saint-Jean et j’ai donc opté pour découvrir les Sentiers Panoramiques. Ce réseau de sentiers a vu le jour grâce à un programme visant à mettre en valeur le milieu forestier. Pour s’y rendre il faut conduire sur un chemin de gravier (plus ou moins bien entretenu) de 10km. C’était disons intense et peu évident d’y conduire. J’ai donc pris mon temps pour m’y rendre et après un bon 45 minutes, je suis arrivé au belvédère Trottoirs de Bois. Tout comme le sentier Le Soleil d’Or, le sentier des trottoirs de bois nous offre une vue sur La Restigouche et le Nouveau-Brunswick.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il y a d’autres sentiers en forêt pour un total de 7km. On retrouve le Sentier des Peupliers de 1km, Le Sentier de l’Érablière de 1.4km, Sentier du Platin de 1.8km et finalement le Sentier du Versant qui totalise 2.4km. En parcourant les différents sentiers proposés, qui sont tous en forêt, on sillonne, entre autres, une érablière et une peupleraie. L’endroit est aussi à 300 m d’altitude et bien entendu, on a un panorama sur la région, ainsi que sur la rivière Ristigouche et le Nouveau-Brunswick.

Mon dernier arrêt s’est passé dans le village de Saint-Alexis-de-Matapédia à un dernier belvédère. Il faut savoir que les habitants y ont créé un environnement humanisé et préservé, entre vallées et plateaux. Depuis quelques années, la municipalité a aménagé différents attraits touristiques facilement accessibles à tous. Cela nous permet donc de voir des lieux dont la beauté fut longtemps gardée secrète. C’est donc au belvédère « Horizon de rêves » que j’ai terminé ma journée. Du village, il faut suivre les indications et parcourir 7km avant d’arriver au stationnement. Une fois arrivé, il faut emprunter un sentier facile et bien aménagé de 300 m. On arrive donc à une autre vue panoramique de la rivière Restigouche et du club de pêche Brandy Brook. Il y a sur place des tables, bancs et une toilette sèche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une fois le tour terminé, j’ai finalement abouti au village de Matapédia pour y rester une nuit au camping Matapédia. Ce petit village est situé à la jonction de La Vallée et de la Baie-des-Chaleurs. Il offre un panorama exceptionnel au confluent de des rivières Matapédia et Ristigouche qui sont renommés mondialement pour la pêche au saumon. Le mot  »Matapédia’ signifie en langue micmaque  »là où les rivières se rencontrent ».

19h30, je suis arrivé au Camping Matapédia. Pour s’enregistrer, il faut se rendre au domicile de la propriétaire. Celle-ci m’a accueilli chaleureusement et donné quelques informations sur la région. J’ai payé 20$ plus les taxes pour une nuit et installé ma tente sur l’un des sept emplacements offerts. Une fois terminé, j’en ai profité pour y faire mes provisions du voyage au petit dépanneur du village. J’étais seule au campement et je me suis couché vers les 21h00 pour être en bien en forme le lendemain.

 

Jour 2 : Baie des Chaleurs

Publicités