Jour 2 : 13 Juin 2019

Après une bonne nuit, j’ai pris un bon petit déjeuner et me suis dirigé vers l’est du Nouveau-Brunswick en passant par la route 915 pour arriver à la Réserve Naturelle Marais du Cap Enragé. La baie de Fundy est l’une des merveilles au monde avec une marée montante pouvant aller jusqu’à 16m sur une période de 12 heures. Le Cap Enragé offre une des vues les plus spectaculaires du phénomène de par ses falaises imposantes.  Sur la pointe du cap, utilisée comme station de phare depuis 1838, se dresse un phare qui date de plus de 140 ans, avec à ses côtés une corne de brume qui lance ses appels les jours de brouillard.

Le Cap Enragé est aussi un centre d’activités et d’aventures pour toute la famille. Il y a une tyrolienne de 183 m, une descente en rappel de la falaise de 46 m et une paroi naturelle d’escalade de 18. La maison du cap offre des vues magnifiques de par sa terrasse sur la baie de Fundy et le restaurant Cape House Restaurant sert les repas du midi et du soir. De plus, il y a sur les lieux une boutique souvenirs.

 

Cape Enrage Lighthouse

Le cap a reçu son nom en raison d’un récif qui s’étend vers le large à partir de la pointe et fait que les eaux environnantes deviennent violentes ou enragées lors des courants de marée maximaux. Lorsque les commissaires ont commencé à sélectionner des sites à Cape Enrage, ils ont vite compris que les parties intéressées étaient profondément divisées sur le point de savoir si un phare situé sur Cape Enrage serait préférable.  Une seule lettre en faveur de Cape Enrage a été reçue, mais elle a été signée par trente-trois hommes. Ces personnes, qui avaient longtemps «l’habitude de côtoyer la baie de Fundy», ont invoqué quatre raisons justifiant leur affirmation selon laquelle Cape Enrage serait l’endroit de prédilection. Un éperon rocheux s’étendait du cap vers l’extérieur, ce qui le rendait encore plus dangereux.

Le phare qui existe aujourd’hui, a été construit en 1904. Cette tour est de plan carré, elle a des côtés en pente et est surmontée d’une lanterne octogonale peinte en rouge. Le phare mesure vingt-neuf pieds de la base au sommet du ventilateur de la lanterne et a un plan focal de 125 pieds. Un nouveau duplex a été construit à Cape Enrage en 1952 pour loger les familles des deux gardiens de la Garde côtière qui dirigeaient la station. Dennison Tate, professeur de physique dans une école secondaire à Moncton et fils d’un ancien gardien de phare de l’île White Head au large de Grand Manan, se rendait souvent à Cape Enrage pour faire de la randonnée, du canoë-kayak et gravir les falaises. Au printemps 1992, lors d’un voyage de ce type, il s’aperçut que le duplex de Cape Enrage allait être détruit. Tate a bien planifié la démolition prévue pendant l’été et a élaboré un plan de cinq ou six pages pour un programme d’aventures en plein air au cap qui serait géré par des étudiants et générerait suffisamment d’argent pour restaurer et entretenir la station. Les subventions d’un programme fédéral de travaux d’été pour étudiants ont permis à Tate d’embaucher six étudiants au cours de l’été 1993 pour peindre l’extérieur du duplex, installer de nouveaux volets et construire un escalier menant à la plage. Peu de progrès ont été réalisés en 1994, mais à la fin de l’été, le gouvernement du Nouveau-Brunswick, avec les encouragements du Albert County Heritage Trust, a annoncé qu’il allait acheter la station à la Garde côtière canadienne. Le groupe de Tate a été autorisé à lancer son programme d’aventures l’été suivant et ce dernier est opérationnel depuis. Le duplex, connu sous le nom de Cape House, sert de logement aux étudiants du personnel et abrite un restaurant servant le déjeuner et le dîner. Un escalier menant au phare a été achevé en 1997 et une boutique de souvenirs, connue sous le nom de Whistle House, a été construite en 1999. Sous la direction de Dennison Tate et de sa femme Ann, de nombreux étudiants ont développé des aptitudes précieuses pour la vie à Cape Enrage et les visiteurs ont été pris d’assaut par le frisson de l’escalade et de la descente en rappel dans un cadre spectaculaire, parfaitement adapté à de telles activités.

Reprenant la route, je suis arrêté à la Réserve Nationale de Faune de Shepody. Toute la réserve nationale de faune de Shepody occupe une superficie de 9,89 km2. Il comprend Mary’s Point, mais aussi un vaste complexe de marais d’eau douce et d’eau salée au nord-est de Mary’s Point, géré conjointement par Environnement Canada (Service canadien de la faune) et Canards Illimités Canada en tant que refuge d’oiseaux migrateurs et refuge faunique. Il y a nombreuses espèces d’oiseaux aquatiques dans la région, notamment les bernaches du Canada. Les vasières sont également utilisées par de nombreux oiseaux de rivage en migration pour se nourrir, de même que les vasières de Mary’s Point.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mary’s point offre une plage de sable avec d’immenses vasières exposées à la marée basse. Les extrémités de la plage donnent accès aussi à une série d’îles rocheuses et boisées connectées à marée basse et coupées à la marée haute. Cet endroit extraordinaire fait partie de la réserve nationale de faune de Shepody et d’une plus grande réserve d’oiseaux de rivage : le bécasseau semipalmé, un petit oiseau de rivage nicheur dans l’Arctique. En juillet-août, les visiteurs doivent prendre les mêmes précautions et éviter de visiter les plages pendant la saison de migration afin de ne pas déranger les oiseaux de rivage. Le centre d’interprétation de Mary’s Point est une excellente ressource pour les visiteurs qui souhaitent en savoir plus sur les oiseaux et la région. Ce site présente également une histoire géologique intéressante. Sur la plage, on retrouve de grandes formations rocheuses de grès, riches en fossiles, notamment des troncs d’arbres fossilisés et des fossiles végétaux, connus sous le nom de Calamites.

 

Anderson Hollow Lighthouse

Le phare Anderson Hollow est sans conteste le phare le plus fréquenté du Nouveau-Brunswick. Initialement situé sur le rivage près d’un long brise-lames dans la communauté de Waterside, le phare survivant a été précédé par deux autres tours qui ont succombé aux éléments avant la construction de cette tour en 1903.

En 1891, deux ans seulement après sa construction, le phare a été endommagé par une forte tempête, mais il a été réparé et rendu beaucoup plus résistant. Même avec ce renforcement, la tour a été arrachée de sa fondation l’année suivante, mais a encore survécu et a été ramenée à sa place sur le quai. Un coup de vent du 21 novembre 1895 a emporté le bout de la jetée et du phare. Une nouvelle tour fermée, de plan carré, aux pentes inclinées et surmontée d’une lanterne carrée en bois, fut érigée à l’extrémité extérieure du quai public réparé en 1898 pour remplacer un lampadaire temporaire maintenu depuis l’enlèvement de l’ancienne tour. Le phare Anderson Hollow de 1898 a été détruit par une tempête le 12 janvier 1902 et un phare temporaire, une lanterne hissée sur un mât, a été projeté de l’extrémité extérieure du brise-lames jusqu’à ce qu’une nouvelle tour puisse être construite.

Après la perte de deux tours, le service de la marine décida de placer la troisième tour sur la rive au nord du brise-lames et juste en face de son extrémité extérieure. Le phare Anderson Hollow de 1903 demeura en place sur la rive près du brise-lames jusqu’en 1949 au moins. Finalement, le 31 octobre 2001 (un certain nombre de personnes pensaient que c’était une farce d’Halloween), le phare fut déplacé pour la dernière fois dans le but de devenir ce que l’on appellera plus tard le Harvey Bank Heritage Shipyard Park, un cadre pastoral situé près de Mary’s Point, où Shepody La rivière rencontre la baie de Shepody. Le phare Anderson Hollow a été réparé, un ancien quai a été reconstruit sur l’ancien site de construction navale et une réplique d’un vieux voilier a été ajoutée, ainsi que des clôtures attrayantes et une aire de pique-nique, ce qui en fait l’un des phares les plus photogéniques du Nouveau-Brunswick.

 

Parc Provincial Hopewell Rocks

Le parc des rochers Hopewell est l’une des attractions touristiques les plus populaires des maritimes. Situé le long du littoral de la baie de Fundy, c’est l’endroit de prédilection pour observer les marées les plus hautes du monde. Le centre d’interprétation pédagogique multimédia nous donne de nombreuses informations sur la merveille naturelle de la baie de Fundy ainsi que l’histoire fascinante de ses marées. On peut d’ailleurs en apprendre plus sur les Facteurs qui influent sur les marées, la Géologie de la baie, les Oiseaux de rivage, les Légendes Mi’kmaq, et l’Histoire naturelle et culturelle de la baie de Fundy.

Le parc des rochers Hopewell Rocks est un lieu où l’on peut laisser libre cours à notre imagination. Le temps et les marées ont modelé les falaises et les anses sur lequel poussent des arbres uniques au sommet de certain rocher en forme de pots de fleurs. L’apparence de ces monolithes a inspiré des surnoms dont l’Arche des amoureux, le rocher Dinosaure, la Belle-mère et le rocher E.T.  À marée haute, ces étranges formations se transforment en petites îles entourées d’eau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors que beaucoup aiment explorer la grève et les rochers lorsque la marée est basse, il y a aussi une foule d’activités à faire lorsque la marée est haute. Lorsque je suis arrivé, la marée était trop haute pour marcher sur la grève. J’en ai donc profité pour marcher de long en large les sentiers qu’offre le parc de la plage Seawall, à l’extrémité nord du parc jusqu’à la plage des Demoiselles, une anse calme et sablonneuse à l’extrémité sud du parc. La première plage explorée, la plage Seawall offre des panoramas spectaculaires ou il est possible d’observer les oiseaux de rivage durant leur migration. À la marée basse, il est possible de marcher sur la plage jusqu’à une ancienne digue, un vestige du 18e siècle qui a probablement été érigé par les Acadiens. La plage des Demoiselles quant à elle, a été baptisée ainsi au 18e siècle, en référence semble-t-il à la silhouette féminine des formations rocheuses des falaises.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une fois les deux plages visitées, la marée a commencé à descendre. Il était donc le temps pour moi de retourner à l’Anse aux Escaliers pour y faire une balade sur le fond marin et ce, parmi les rochers en forme de pot de fleurs.  Il faut au moins compter deux heures pour explorer l’ensemble de la plage. La promenade le long de la plage est facile jusqu’à ce que l’on atteint les Saillies, un affleurement rocheux de calcaire à l’extrémité sud de la plage. Il est possible ensuite d’escalader ces rochers afin d’atteindre la plage des Demoiselles située de l’autre côté.

Après 4 bonnes heures de visite dans le parc, je suis revenu sur mes pas par la route 174 vers le Parc National de Fundy. Étant déjà en après-midi, j’ai commencé mes quelques randonnées.  Le parc national de Fundy dispose d’un important réseau de sentiers menant à des paysages magnifiques. J’ai débuté la marche sur le Sentier Mine de Cuivre. C’est une boucle de 4,4km principalement en forêt et sur le bord du littoral qui se fait en 1h30. Avant la création du Parc, les premiers explorateurs ont été attirés sur les côtes de la baie de Fundy pour chercher de l’or et d’autres métaux précieux. La région s’est avérée une riche source de cuivre et ce sentier est la route qui menait à une ancienne mine de cuivre qui a été exploitée entre 1891 et 1910.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai continué mon chemin sur le Sentier du Havre. Le sentier de 1km offre des points de vue magnifiques de la rivière Point Wolfe et de son estuaire. Il y a quelques panneaux d’interprétation qui révèlent des aspects de l’histoire naturelle et culturelle de cette région du parc. Ce sentier est facile et dure moins de 30minutes. Il comprend plusieurs trottoirs de bois et des escaliers qui rendent la promenade des plus agréables. Le stationnement est situé juste après le pont couvert à la droite. Vous devez traverser la route afin d’accéder au sentier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le court Sentier de la Plage Anse Herring débute au belvédère et descend directement vers l’anse Herring. À la marée basse, on peut marcher jusqu’à la pointe rocheuse. Avec le temps, l’action constante des marées a creusé une petite caverne qui est accessible après avoir marché sur les roches couvertes d’algues. Bref, ce petit sentier de 1km nous donne de belles vues

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un autre beau sentier à faire absolument est le Sentier des Chutes Dickson. L’exploration commence au belvédère ou l’on peut avoir une magnifique vue, une scène typique de la côte de Fundy. On débute le sentier en forêt qui nous mène dans une vallée fraîche et luxuriante le long du ruisseau Dickson. Cela prend environs 30 minutes pour parcourir une boucle de 1,5km. C’est le sentier le plus populaire et bien entendu, la chute la plus photographiée du Parc national Fundy.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La journée bien remplie, je me suis finalement reposé au camping pour y passer une dernière nuit. Le lendemain sera une toute autre journée pour visiter le Sud Ouest du Nouveau-Brunswick.

Publicités