05 Juin 2019

Après avoir posé les pieds en Suède, c’était maintenant au tour de l’Estonie. Durant la nuit, la Serenade of th Seas s’est dirigé en pleine mer Baltique en direction de ce pays encore inconnu pour moi.

L’Estonie est le plus septentrional des pays baltes, au nord du golfe de Finlande,  bordé à l’est par la Russie  et au sud par la Lettonie. 10 % du territoire est composé d’un archipel de plus de 1 500 petites îles situées dans la Baltique. Les Estoniens, comme les autres populations nordiques, sont très proches de la nature et soucieux de la préservation de l’environnement. L’Estonie pratique le libre droit d’accès à la nature comme la Finlande. Le camping sauvage est autorisé partout hors des villes et des endroits qui mentionnent une interdiction spécifique.

En 2010, la population de l’Estonie s’élève à 1 340 194 habitants. La langue officielle de l’Estonie est l’estonien, qui est la langue maternelle de 69 % de la population du pays ainsi qu’une langue étrangère maîtrisée par 14 % de la population, ce qui fait que 82 % des habitants du pays savent parler estonien. Le russe est également très présent avec 30 % des habitants l’ayant comme langue maternelle et 42 % comme langue étrangère, 72 % des habitants comprennent ainsi le russe. La troisième langue la plus connue du pays est l’anglais, qui, bien qu’elle ne soit uniquement parlée comme langue maternelle par une infime minorité (0,07 %) est comprise par 38 % des habitants du pays.

Les estoniens sont très fiers de leur pays et de leur culture qu’ils ont pu préserver malgré des siècles de domination étrangère. Historiquement, l’Estonie a longtemps été dominée par les Russes. Le pays devient rapidement indépendant au moment de la révolution de 1917 et sera par la suite intégrée à l’Union soviétique en 1940. Les estoniens n’apprécient guère que les considère comme des russes ou des européens de l’est car ils sont un peuple finno-ougrien qui habite en Estonie depuis 5000 ans. Le pays retrouve sa pleine souveraineté en 1991 et opte pour un régime économique libéral.Les estoniens ont une culture essentiellement nordique, influencée par la Suède, le Danemark et l’Allemagne. La religion prédominante est le luthéranisme comme dans les autres pays nordiques et non l’orthodoxie russe comme dans plusieurs pays de l’Europe de l’Est. En juillet 2018, 11 des 15 comtés estoniens ont adopté la gratuité des déplacements en bus. L’Estonie est ainsi devenue le premier pays européen à prendre cette mesure sur quasiment l’ensemble du territoire, dans le but de limiter l’exode rural et la consommation de combustibles fossiles. La capitale Tallinn offre déjà la gratuité des bus depuis 2013. 

Ce matin-là, nous avons pris un autre circuit organisé pour visiter la ville de Tallinn. Nous avons pris un autobus voyageur dans qui nous a amené au Tallinn Song Festival Ground. C’était un superbe endroit qui j’imagine vaut la peine d’y voir un événement. C’est immense !!

Ce lieu événementiel à Kadriorg occupe une place particulière dans le cœur des Estoniens en tant que berceau de la révolution chantante. C’est ici en 1988 que la gigantesque manifestation musicale menée par l’Estonie contre le régime soviétique a mis le pays sur la voie de la réindépendance. L’immense salle de concert en plein air a été construite en 1959 et offre une multitude de grands concerts et festivals tout au long de l’année. Le site est célèbre pour la célébration estonienne de la chanson et de la danse, un événement inoubliable qui a lieu tous les cinq ans et qui rassemble jusqu’à 34 000 artistes et 200 000 spectateurs. Chaque célébration commence par l’allumage traditionnel de la flamme au sommet de la tour du Phare Song Ground qui s’élève à 42m. Au sommet de la pente naturelle se trouve un monument en bronze à Gustav Ernesaks, compositeur estonien et «père de la chanson». Ses créations sont considérées comme faisant partie de l’identité estonienne et peuvent être entendues sur un «banc de chant» situé à proximité. Nombreux artistes y ont performés. Entre autre, Bon Jovi, Michael Jackson. Armin Van Buuren, Elton John et David Guetta. 

Une fois la visite terminée, nous nous sommes dirigés dans la dans la vieille ville médiévale. Nous avons visité tout d’abord l’Église Luthérienne Alexander Nevzky. Bien qu’il y ait des tonnes et des tonnes de touristes, j’ai quand même apprécié la visite de l’église.

St. Alexander Nevsky Cathedral

Cette structure spectaculaire ayant un dôme en forme d’oignon, est située sur la colline de Toompea. Elle est la principale cathédrale orthodoxe russe d’Estonie. C’est aussi de loin l’église orthodoxe la plus grande et la plus opulente de Tallinn. Construite en 1900, lorsque l’Estonie faisait partie de l’empire russe tsariste, la cathédrale devait à l’origine être un symbole de la domination, religieuse et politique. La cathédrale était dédiée au prince de Novgorod, Alexandre Yaroslavich Nevsky, qui mena la célèbre bataille de la glace sur le lac Peipsi en 1242, qui stoppa la progression des croisés allemands vers l’est. Maintenant que la controverse s’est estompée depuis longtemps, ce n’est qu’un chef-d’œuvre architectural. Conçue par le célèbre architecte de Saint-Pétersbourg Mikhail Preobrazhenski, l’église est richement décorée. L’intérieur est rempli de mosaïques. Les tours de l’église tiennent le plus puissant ensemble de cloches d’église de Tallinn, composé de 11 cloches, dont la plus grande de Tallinn, pesant 15 tonnes. 

 

Cathedral of Saint Mary the Virgin (Dome Church’s) Tower

Après 15 minutes de visite, nous avons marché dans les rues de la vieille ville. Nous avons arrêté devant la Cathedral of Saint Mary the Virgin (Dome Church’s) Tower. Celle-ci est moins tape à l’œil que l’église luthérienne, mais elle laisse les visiteurs avoir une vue imprenable sur la ville. L’église elle-même, connue sous le nom d’église Dome (Toomkirik) et constitue l’une des attractions historiques les plus fascinantes du pays. Fondée au 13ème siècle, c’était l’église des nobles allemands d’élite de l’Estonie. 

Tallinn est un joyau médiéval sur la côte de la mer Baltique. Le cœur de la ville, la vieille ville, est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997. Il y a beaucoup à découvrir à Tallinn, que ce soit pour la première fois, ou pour les locaux. Nous sommes désespérément perdus dans les rues pavées, inégales et sinueuses de la Vieille Ville. Nous avons fait une promenade à travers la vieille ville qui couvre des sites magnifiques et populaires tels que le jardin du roi danois, la plate-forme panoramique de Kohtuotsa ou l’incontournable place de la mairie et le passage Sainte-Catherine. Les rues de la vieille ville sont loin d’être rectilignes et semblent courber dans tous les sens, mais elles le font dans la direction générale de la place de la mairie, le vieux marché. Ce n’est pas très grand, mais il y a beaucoup à découvrir. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Malheureusement, notre tour s’achevait. Nous n’avions que 4 heures à déambuler dans les rues et il fallait rapidement revenir à notre bateau de croisière. Sincèrement, je crois que ce pays vaut la peine d’être visité plus en profondeur. Il y a beaucoup à apprendre sur son histoire et son peuple qui a longtemps été réprimé.

 

Publicités