Jour 1 : 24 Mai 2019

Ayant quelques jours avant mon départ en Europe pour ma croisière scandinave, j’ai décidé de prendre de l’avance sur mon road trip au Nouveau-Brunswick. Ayant une nouvelle affectation au travail, il est plus difficile pour moi de partir à l’aventure. J’ai donc patienté (moi patiente ?) plus de 6 mois avant de repartir de plus belle. Je dois avouer que c’est dur sur le moral et qu’éventuellement je trouverais d’autres moyens de partir plus souvent à l’aventure.

Pour commencer ces belles vacances, j’ai opté pour visiter ma première région du Nouveau-Brunswick, celle de la Vallée de la Rivière Saint-John.

Celle-ci est une région fertile où l’agriculture est l’un des piliers de l’économie. Elle s’étend de la région de Madawaska au nord-ouest de la province en passant par Fredericton et Grand Lake.  La rivière est originaire du nord du Maine et est d’une longueur de 724 km. Bien que son cours ait changé plusieurs fois au cours des millénaires, le fleuve a été la première route empruntée par de nombreux peuples : Indiens Malécites, Acadiens, Loyalistes britanniques, colons écossais, irlandais et danois et autres anciens habitants. La vallée de la rivière est fertile et constitue en grande partie une terre agricole de choix. Son utilisation varie du nord au sud: des érablières septentrionales des producteurs de cabane à sucre aux vergers de pommiers et vastes exploitations de pommes de terre, en passant par les vastes champs de Holstein ou de cultures céréalières dans la vallée du sud. L’histoire la plus dramatique de la région s’est déroulée dans la partie nord. Après avoir constamment marchandé au cours des années 1800 sur la frontière entre le Canada et les États-Unis, les habitants de la région ont choisi de se déclarer indépendants et ont proclamé la République de Madawaska, avec la ville d’Edmundston pour capitale. Bien que jamais vraiment indépendant, la région a conservé son caractère distinct. Des traces du passé se retrouvent encore dans l’artisanat des artisans de la vallée. Les restes de vieilles scieries rappellent la mémoire de John Glasier et d’autres bûcherons qui ont exploité l’une des ressources les plus riches du Nouveau-Brunswick.

Pour ceux et celles qui ne savent pas encore, je me suis lancée durant l’été 2017, alors que j’étais en Saskatchewan, à la recherche des Big Roadside Attractions (Monuments du Canada) des provinces que je visite. C’est donc au village de Saint-Jacques que j’ai pris en photo le Bateau de Métal puis le bûcheron à Kedgwick. Une fois terminé, je me suis rendue non loin au Parc Provincial du Mont Carleton.

 

Je suis arrivé au tout début de la saison d’ouverture du Parc. Malheureusement, tout les sentiers étaient fermés. Je n’ai donc pu accomplir le point culminant des provinces maritimes ainsi que du Nouveau-Brunswick avec ses 817 m. J’ai rebroussé chemin avec une pointe de déception pour ce début d’aventure. J’ai donc désespérément cherché un camping plus au sud non loin de Fredericton. Encore de la malchance, la saison n’était toujours pas commencée à certaine place. J’ai donc pris la route vers Fredericton en espérant trouver un endroit pour dormir.

Après 4 heures de route, j’arrive finalement au Parc Provincial Mataquac. Le parc provincial Mactaquac est un véritable complexe naturel de loisirs au milieu d’une immense forêt. Ce grand terrain d’aventures près d’une rivière magnifique offre une panoplie d’activités pour se rapprocher de la nature en toutes saisons. Au parc provincial Mactaquac; les campeurs ont amplement le choix, il y a environ 300 emplacements pour tentes, roulottes et même des locations de cabine. Il y a sur place une plage d’eau douce ou il est plaisant de s’y baigner et les golfeurs se donnent rendez-vous au parcours de 18 trous du terrain de golf du parc. Le parc est situé au 1265, route 105, juste à l’extérieur de Fredericton. 

Une fois la tente bien installée, j’ai décidé de visiter les environs de Fredericton, la capitale de la province. J’ai donc pris quelques minutes pour visiter l’un de mes coups de cœur en termes de Microbrasserie.

Situé au Nord de la ville au 280 rue Principale, la petite microbrasserie se fait discrète sur le côté droit du bâtiment. Il faut se diriger vers l’arrière et on entre dans un espace de 4 600 pieds carrés dite la salle de dégustation. Depuis Mai 2016, après des mois de planification et de construction, la place a enfin ouvert ses portes. La bière est vendue sous forme de pinte et de growler pour la consommation sur place et à l’extérieur. La demande était tellement grande que moins de 6 mois après son ouverture, les propriétaires ont investis sur les équipements de production afin de combler la demande pour finalement vendre les bières en cannettes dans toute la province. L’endroit est vraiment sympathique et pet friendly. Les chiens peuvent accompagner leur maîtres qui profite amplement de la place. Sincèrement, je recommande la place. Il y a une panoplie de sorte de bière qui convient à tous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai donc demandé de goûter 4 sortes de bières soit la StarBlast, Luster, Duner et Beyond Reality. Je dois vous avouer que j’ai eu un faible pour la Beyond Reality. Je vous laisse donc le mystère de les essayer à votre prochaine visite !

Une fois la soirée terminée, je suis revenue au camping pour passer ma première nuit. Bien que la journée n’ait pas été gratifiante, j’ai quand même trouvé mon coup de cœur de la région.

Roadtrip au NB, Jour 2 – Saint-John Valley River, Chutes, Sentiers et Microbrasseries, Mai 2019

Publicités