Jour 12-13 – 27-28 Novembre 2018 –  Wadi Rum, Aqaba, Vieille Ville et Citadelle d’Amman

 

Jour 12 – 27 Novembre 2018  – WADI RUM – AQABA

C’est avec nostalgie que j’ai quitté le Parc National du Wadi Rum. Pour la 5e et dernière journée dans le Parc, deux chauffeurs de camions jeep sont venus à notre rencontre pour nous ramener au village Rum. Tous entassé comme des sardines, nous avons roulé nombreux kilomètres dans le désert pour nous rendre à notre dernier arrêt ; le gigantesque morceau de montagne Jabal Khazali.

Cette montagne est supposée porter le nom de Khazal, un criminel qui s’est fait poursuivi jusqu’au sommet. Comme il n’avait nulle part où aller, il sauta et atterrit miraculeusement indemne sur le sol, laissant ses poursuivants derrière. De nos jours, cette ancienne montagne est l’un des endroits les plus célèbres de la zone protégée. Jabal Khazali a une fissure étroite et profonde de moins de 100 mètres de long. Mais néanmoins, c’est à voir absolument. Les murs intérieurs des canyons sont recouverts de nombreuses inscriptions nabatéennes, islamiques (kufique) et talmudiques et de dessins rupestres de pétroglyphes. Les sculptures nabatéennes sont composées de chameaux, de chevaux, de chèvres de montagne, de personnages, de paires de pieds et d’esprits. Les inscriptions islamiques concernent Dieu et le prophète Mahomet. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après cette petite visite, nous avons finalement aboutis à l’entrée du Parc. Nous avons remercié nos guides bédouins et fais nos plus sincères salutations. Je suis reparti de plus belle en direction sud, pour faire un petit arrêt à Aqaba, une petite station balnéaire de la mer Rouge. Cette partie de la Jordanie reste encore méconnue des touristes. Aqaba est la ville du divertissement par excellence. Elle offre plusieurs avantages, notamment une histoire fascinante, des sites exceptionnels, de bons hôtels et des activités passionnantes. Le plus grand trésor d’Aqaba est sans contredit la mer Rouge. Il est possible de faire de la plongée libre et sous-marine dans lequel on y retrouve l’un des plus beaux sites de plongée au monde. Le climat tempéré et les courants chauds ont créé un environnement idéal pour la croissance des coraux et pour le développement de la vie sous-marine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai donc fait un petit arrêt en bordure de la route et fait affaire avec un Jordanien avec qui j’ai découvert toutes les merveilles des profondeurs marines depuis un bateau à fond de verre.  J’en ai d’ailleurs profité un peu pour prendre du soleil et de sauter à l’eau pour jouer avec les poissons dans l’eau.

Il y a cinq mille cinq cents ans déjà, Aqaba jouait un rôle important dans l’économie de la région. La ville se trouvait en effet à la jonction des routes terrestres et maritimes reliant l’Asie, l’Afrique et l’Europe, une situation qu’elle occupe toujours de nos jours. Du fait de son importance vitale, la région recèle de nombreux sites historiques à visiter, en particulier une bâtisse que l’on pense être la plus ancienne église jamais construite. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après avoir visité quelques rues d’Aqaba, je me suis dirigé à l’hôtel. Je me suis installé confortablement et je me suis changée pour manger. J’ai débuté ma marche sur la plage publique ayant une vue du coucher de soleil sur l’Égypte. J’ai ensuite continué ma marche en me rendant au Zamurd Cafe & Restaurant. Le restaurant est convivial et j’ai mangé sur la terrace. Il va s’en dire que l’intérieur est très bien décoré. J’ai été très bien accueilli par les employés du restaurant. Tout au long du souper, le personnel était serviable et accueillant, d’ailleurs la responsable du restaurant est même venue me parler pour vérifier si j’aimais le repas. Le menu est très varié mais je recommande fortement le repas de poisson. Les prix étaient bas compte tenu de la qualité et de la quantité de nourriture offerte à la table. Les portions sont généreuses, fraîches et bien préparées. Bref, je recommande vivement cet endroit.

 

 

Jour 13 – 28 Novembre 2018  – VIEILLE VILLE ET CITADELLE D’AMMAN

J’ai vraiment apprécié ma visite à Aqaba. J’y serais resté une journée de plus mais il fallait que je revienne en ville pour prendre mon vol de retour. En fait, il ne me restait plus qu’une journée avant de revenir au Canada. Mais une fois que j’ai bien profité de cette belle ville, j’ai décidé de revenir sur mes pas pour découvrir la capitale de la Jordanie, Amman. Le trajet a duré 4h30 et c’était assez pour me remémorer des beaux moments passés dans le Wadi Rum, à Pétra ainsi que dans la Réserve Naturelle de Dana.

Pour cette dernière journée, je l’ai trouvé un peu plate et c’est la journée la moins intéressante du voyage. J’ai visité la ville en après-midi, découvrant sa citadelle perchée sur une colline, mais aussi sa vieille ville aux cafés bouillonnants d’activité ainsi qu’aux rues pavées et à la ferveur typique des capitales du Moyen-Orient. Une ville c’est une ville… Je réalise de plus en plus que je me sens moins à l’aise d’être dans des endroits bondés de gens.

Capitale de la Jordanie, Amman tient son nom des Ammonites, peuple descendant d’Abraham. Construite sur sept collines, la ville est assez moderne, son centre historique est le quartier le plus animé. La citadelle d’Amman est sur la plus vaste colline de la ville et offre le point de vue le plus intéressant de celle-ci. Au cœur du quartier commerçant de la ville, on y retrouve des immeubles, des hôtels, des restaurants chics, des galeries d’art et des boutiques ultra modernes qui côtoient les traditionnels cafés et les ateliers d’artisans. Presque la moitié des Jordaniens habite dans la zone d’Amman, en raison de la prospérité actuelle de la ville et de son climat tempéré. 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Étant arrivé en fin de journée, j’ai eu du temps pour visiter la citadelle. Passionné ou non par l’archéologie, une visite de la citadelle s’impose pour profiter du panorama offert sur Amman. Malgré le smog, on pouvait apercevoir au loin, le théâtre ainsi que des collines couvertes de maisons et de mosquées qui, le soir venu, éclairent le ciel de leurs néons verts. Le site est très agréable, il y a d’ailleurs des familles jordaniennes qui viennent y pique-niquer le week-end, rendant le lieu très vivant.

La citadelle a été édifiée par l’empereur romain Marc Aurèle (160 – 181 ap. J.C.).  Sur le site on a découvert les premières traces d’occupation humaine qui dateraient du milieu de l’âge de bronze, c’est-à-dire vers le deuxième millénaire av. J.-C. Le Musée archéologique témoigne de cette civilisation. Les premiers vestiges visibles sur le site datent de l’époque romaine et celle-ci a ensuite été conquise par les Byzantins. Les vestiges les plus anciens sont ceux du temple romain d’Hercule, avec ses colonnes massives, et ceux d’une église byzantine. J’ai donc visité le petit musée ou l’on peut y retrouver de nombreux vestiges. Les collections sont exposées chronologiquement du néolithique à l’occupation romaine. Les explications sont en anglais.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La visite n’a duré qu’une heure trente au total et je crois que cela était bien assez. J’ai repris mon chemin en plein centre-ville d’Amman sous les bruits excessifs des automobilistes klaxonnant mainte et mainte fois pour rien… Je me sentais pris au piège et toute la paix intérieure que j’avais acquise au cours des derniers jours s’est envolée. Je me suis dirigé vers un hôtel en plein centre-ville en attendant que mon transfert à l’aéroport se pointe. Je n’ai pas tant dormi.

23h00, j’ai pris mon transfert en direction de l’aéroport et une fois de plus, je me remémorais de mes bons moments passé en Jordanie. Ce fut un voyage très enrichissant culturellement et pour avoir traversé des kilomètres dans mon tout premier désert, je me sens choyée d’avoir vécu cette expérience unique et surtout rencontré des voyageurs qui sont avides de voyage tout comme moi …

Publicités