Jour 12 : Dimanche 09 Septembre 2018

Je me suis réveillé tôt ce matin là. Un peu plus en forme que la veille, je me suis dirigé tranquillement vers le nord-est en longeant encore la côte acadienne.

 

Île-aux-Foins

Situé près de Neguac, petit village sur la côte acadienne du Nouveau-Brunswick, le parc de l’Île-aux-Foins est un site écotouristique pour observer les oiseaux ou se détendre sur une plage. Cette île, est parfaite pour les amants de la nature. Pour se rendre sur l’île, on traverse un pont ayant vue sur l’océan. Sur place,il y a un aire de stationnement face au phare. Ce dernier est décoré des couleurs acadiennes et laisse aux famille une aire de pique-nique, un terrain de jeux pour enfant, des dispositifs de barbecue, des toilettes et salles de rechange. Il est possible de marcher sur un petit sentier fait de promenades de bois et ponts flottants qui nous amène à une plage. Tout au long du parcours, on peut y retrouver des panneaux d’interprétation qui nous renseigne sur la faune et la flore indigènes de la région. À l’extrémité de l’île, se dresse une tour d’observation qui permet de voir toute la réserve.

Ce fut une belle découverte et j’ai particulièrement apprécié l’endroit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une fois la route reprise, j’ai suivis la route 11 et bifurqué sur la 113 en direction de Shippagan. De là, j’ai traversé deux ponts, l’un pour aller sur l’île Lamèque et l’autre sur l’île Miscou. Je dois vous dire que cet endroit est tout simplement magnifique. Cela vaut la peine d’y rester une journée de plus. En chemin, j’ai fait un petit arrêt au Peat Bog Boardwalk situé sur le bord de la route à Miscou Island.

Peat Bog Boardwalk

Miscou compte de nombreuses tourbières mais ne les exploite pas, contrairement à l’île de Lamèque. Les habitants de Miscou ont voulu garder l’endroit protégé en créant ce sentier traversant une tourbière. Le parcours fait moins de 1km (environ 700 mètres). On marche sur une passerelle en bois montée sur pilotis. On y apperçoit des plantes et arbustes qui poussent en milieu hostile. Les fleurs typiques des tourbières de l’île sont le thé du Labrador, le petit-daphné caliculé et le kalmia à petites feuilles. Tout au long su trajet, on apprend nombreuses choses sur les plantes les plus emblématiques des lieux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après 30 minutes de marche, j’ai parcourus mon itinéraire en direction de Miscou Island Lighthouse.

Phare de l’île Miscou

En 1853, le Comité des phares du Nouveau-Brunswick a reconnu l’importance d’un phare sur l’île Miscou pour desservir les navires étrangers et locaux traversant la pointe lorsqu’il faisait du commerce dans la baie des Chaleurs et le long du fleuve Saint-Laurent. Le phare octogonal en bois de l’île de Miscou mesurait à l’origine soixante-quatorze pieds de la base au sommet de la girouette. Le phare est assez semblable au phare original de Point Escuminac, construit en 1841, mais il fait quelques pieds de plus. En 1874, un bâtiment en bois fut construit à 107 mètres à l’est du phare pour abriter un sifflet à vapeur. Le 1 er août 1946, les travailleurs ont commencé à déplacer la tour à 200 pieds à l’intérieur des terres. Le phare a été fermé au public en 2001 en raison de la contamination par le mercure dans la salle de la lanterne et de la peinture au plomb dans le sol entourant la tour. Au cours de la fermeture, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a dépensé près de 2 millions de dollars pour faire de l’île de Miscou une destination éco-touristique. Dans le cadre de cet effort, le phare a reçu une nouvelle aire de stationnement pavée, des installations sanitaires et un grand espace gazonné en 2009. Le phare de l’île Miscou, toujours équipé de son objectif de Fresnel, a rouvert ses portes au public en 2010.

Il était l’heure de dîner et en revenant du phare, j’ai décidé de faire un petit arrêt à La Terrasse à Steve.

L’île Miscou, est petite communauté de pêcheurs du Nouveau-Brunswick qui on le homard tatoué sur le cœur. Le restaurant est situé au pied du pont à l’entrée de l’île Miscou et Steve Bezeau, propriétaire du restaurant La Terrasse à Steve, travaille durant la saison estivale pour nous concoquter ses succulents repas de fruits de mer. La Terrasse à Steve ouvre dès l’ouverture de la pêche au homard, le 1er mai, et ferme en septembre. Cela fait 10 ans que la terrasse est ouverte et le menus offre une variété de fruits de mer servis avec nombreux produits locaux. Le matin, les pêcheurs déchargent leurs homards directement à la terrasse, sur une petite plateforme. Les passionnés de fruits de mer auront de la difficulté à faire un choix dans le menu de la Terrasse. J’ai donc opté pour l’assiette gourmande … Je peux vous le dire, je n’ai rien gaspillé !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le ventre plein, j’ai quitté ce magnifique endroit qui fût mon coup de coeur de la journée. Le temps était parfait et j’en ai profité pour voir le Phare arrière de l’île Portage.

 

Phare arrière de l’île Portage

Les travaux sur un phare carré ont commencé à l’extrémité sud de l’île Portage en septembre 1869 et a été exposé pour la première fois le 6 octobre.

George Davidson a été nommé premier gardien du phare de l’île de Portage, mais aucun logement ne lui a été fourni sur l’île. Son seul abri était plutôt un petit hangar que le ministère de la Marine avait reconnu «insuffisamment» par temps froid. Les bâtiments d’origine sur l’île de Portage coûtaient 604,40 dollars, et 300 dollars supplémentaires étaient demandés pour la construction d’une petite maison pour le gardien. John Harley, inspecteur des lumières, des bouées et des balises du Nouveau-Brunswick, a suggéré de donner deux titres de propriété foncière et de donner le droit d’atterrissage et un droit de débarquement aux locataires de l’île.

Une habitation pour pour le gardien Davidson fut achevée en mai 1872, mais en février 1875, elle fut détruite par un incendie. Un brise-lames a été mis en place en 1883 pour empêcher la mer d’empiéter davantage sur la station. Donald Boudreau, du Village Historique Acadien, a dirigé les efforts en 1986 pour démonter le phare en trois morceaux, le transporter par bateau à Burnt Church et finalement reconstruire la tour sur un quai situé près de l’aquarium du Nouveau-Brunswick. Centre marin. Le phare abritait un centre d’informations touristiques, mais il est maintenant vide. Edouard Savoie n’a pas laissé la perte du phare de l’île de Portage gâcher son rêve d’une maison phare. Il a plutôt construit son propre phare dans la baie de Neguac, peint l’extérieur en rouge, blanc et bleu acadien et y habite depuis 1992. Du haut de son phare, Savoie peut contempler la baie de Miramichi et même capturer aperçu de l’île de Portage.

 

Le dernier endroit que j’ai visité avant de m’installer pour la nuit était Daly Point Nature Preserve. 

La réserve naturelle de Daly Point est un paradis pour les amoureux des oiseaux. Il comporte plusieurs sentiers traversant des types de forêts qui fournissent des habitats différents à de nombreux types d’oiseaux. Du centre des visiteurs, le premier sentier traverse un ancien champ. De là, il est possible d’aller dans les bois sur le sentier White Pine ou le sentier Woodland ainsi que Salt Marsh. Le sentier côtier nous mène le long de la baie et le sentier Gulch suit une petite vallée. Il y a une tour en bois construite en pleine forêt. Il est possible de la trouver en empruntant le sentier Field Trail. Celle-ci offre une vue sur la baie. Le sentier Salt Marsh fournit également une promenade dans le marais salant avec une vue sur la baie et le sentier Warbler est une promenade qui traverse une zone humide. 

La journée terminée, je me suis rendu au Parc Provincial Sugar Loaf

Le parc provincial Sugarloaf et sa montagne, un des sommets de la chaîne des Appalaches, sont une destination parfaite pour faire des activités de plein air. Du haut de ses 305 mètres, la montagne Sugarloaf nous laisse une vue magnifique de la ville de Campbellton, de la rivière Restigouche, de la baie des Chaleurs des quelques montagnes de la Gaspésie. Le Parc offre plus de 25 km de sentiers de randonnée et de vélo. Les sentiers qui sillonnent le parc nous laisse dans un environnement enchanteur. Le Parc-Vélo du mont Sugarloaf est le seul centre de vélo de montagne à l’est du Canada. Pour les amateurs de vélo, l’endroit promet des moments palpitants à tous. Il y a de nombreux sentiers qui sont à la portée de tous, ceux-ci sont principalement en forêt près du camping et nous amène soit à la base des montagnes et autour de lacs clairs. Pour un défi plus corsé, le mont Sugarloaf ne se gagne pas sans effort, mais l’ascension est récompensée par la vue fantastique du Nouveau-Brunswick et du Québec.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce fût la fin de cette belle aventure à l’Île-du-Prince-Édouard et de la côte acadienne du Nouveau-Brunswick.

Publicités