Jour 7 : Mardi 04 Septembre 2018 – King’s County et Charlottetown

 

Malgré la nuit mouvementée, nous nous sommes réveillés vers les 08h00 du matin pour entamer la 7e journée. Nous avons mangé un petit déjeuner tout en laissant sécher nos équipements trempés. C’est donc après une bonne heure que nous avons plié bagages et pris la route pour visiter l’Est de l’Île-du-Prince-Édouard.

Il nous a suffi que de 30 minutes avant d’atteindre notre premier arrêt : Le phare d’East Point.  Celui-ci fut le dernier phare à être construit avant que l’Île-du-Prince-Édouard ne rejoigne la Confédération en 1873. Il mesure 19,5 mètres de hauteur et le bâtiment d’alarme de brouillard abrite maintenant une boutique d’artisanat / cadeaux. La tour est ouverte aux visites pendant les mois d’été seulement. L’attraction populaire fournit un emploi saisonnier pour quatorze personnes. Le 3 octobre 2012, le phare d’East Point a été reconnu comme lieu patrimonial en vertu de la Loi sur la protection des lieux patrimoniaux de l’Île-du-Prince-Édouard.

C’était une journée plutôt moche et pluvieuse. Nous n’avons pu profiter amplement des attractions et avons opté pour faire des visites rapides des endroits. Malgré ce que l’on dit de l’endroit, Basin Head Provincial Park est sans doute un endroit qu’il faut absolument visiter lors de belles journées chaudes d’été.

La plage de Basin Head est située à l’extérieur de la route 16, à l’est de la ville de Souris, sur le chemin menant à la pointe la plus orientale de l’Île-du-Prince-Édouard. C’est une destination populaire pour les habitants et les touristes. Le parc comprend une plage de sable blanc de 15 km, une aire de jeux, des kiosques de nourriture sur place, des toilettes et une douche. La plage de Basin Head s’étend elle-même sur de nombreux kilomètres au nord-est et se prête à de longues promenades. L’eau est chaude pendant les mois d’été et le sable est bon. D’ailleurs, c’est à cet endroit que l’on surnomme le sable « le sable chantant ». Il semblerait qu’il grince quand l’on marche dessus. Cela est dû à la quantité élevée de silice et de quartz dans le sable. Dommage que nous n’avions pas eue l’occasion d’essayer le tout car le sable était un eu trop mouillé. La lagune derrière les dunes est l’habitat d’une variété de mousse géante appelée Chondrus crispus. C’est le seul endroit au monde où il se trouve et c’est pourquoi Basin Head est désigné comme une zone de protection marine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur le site, on retrouve le musée de la pêche de Basin Head. Le musée raconte l’histoire de la pêche côtière, des phares, des stations de brouillard et des épaves de navires à travers des artefacts et des expositions. Il y a des vidéos disponibles racontant l’histoire de la pêche, celle de petits pêcheurs racontant leurs expériences de pêche. Je n’ai malheureusement pas pris le temps de visiter l’endroit. La plupart des installations étaient fermées dû à la fin de la saison.

 

Après cette rapide visite, nous nous sommes fait un autre arrêt au petit Parc Provincial Red Point pour y voir sa plage. En fait, l’endroit ne se démarque pas autant que d’autre parc mais la plage est très populaire auprès des touristes qui désirent se baigner non loin de la ville de Souris. Il y a souvent des activités organisées ou des événements spéciaux pour toute la famille à cet endroit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce n’est qu’à 15 minutes de route que nous nous sommes arrêtés dans la belle ville de Souris, une ville balnéaire de 1 300 habitants située à environ 78 kilomètres de Charlottetown, la capitale de l’Île-du-Prince-Édouard. Cet endroit sympathique et accueillant offre de longues plages de sable, un littoral vierge et des collines verdoyantes. En tant que plaque tournante de la région la plus orientale de l’Île-du-Prince-Édouard, la ville dispose de toutes les commodités telles qu’une épicerie, une quincaillerie, un hôpital, un bureau de poste, une bibliothèque et même une école française ! Souris est également la porte d’entrée des Îles-de-la-Madeleine, au Québec, par traversier depuis le port. Notre premier arrêt s’est fait au phare à Knight’s Point, construit en 1879. Cette tour pyramidale carrée peinte en blanc mesure 26 mètres. Le 19 juillet 2010, des résidents locaux ont célébré l’inauguration du phare de Souris East en tant que centre d’interprétation et boutique de souvenirs. Les visiteurs du phare peuvent apprendre à connaître son histoire et celle du port de Souris grâce à un centre d’interprétation établi à l’intérieur de la structure. Il est également possible de monter au sommet de la tour pour avoir une vue panoramique de la région environnante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ensuite, nous avons fait un arrêt à la plage pour y goûter quelques plats succulents et l’un des mets les plus populaires du Lobster Shack.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Après avoir laissé le soleil sortir le bout de son nez, nous avons poursuivis notre route dans le King’s County en direction de Sally’s Beach Provincial Day Park. Pour se rendre à ce petit parc bien caché de la péninsule orientale de Spry Point, il faut emprunter la route 310, puis, tourner sur Spry Point Road et Sally Beach Line. Il y a des panneaux d’indications qui nous y amène. Ce parc de jour m’a laissé sans mots. Il y a une longue plage de sable blanc et un sentier nous permettant de découvrir le coin. Sur place, il y a des installations qui comprennent un abri, des toilettes et des vestiaires. Sur place, il y a un sentier, qui commence à la plage et qui constitue une agréable promenade de 3,2 km dans le parc.

L’histoire de ce parc est bien intéressante. Sarah (Sally) Steele est née à Little Pond en 1817. Elle était l’un des neuf enfants de Lauchlan et Mary (MacDonald) Steele qui avaient loué le terrain sur lequel repose Sally’s Beach. Sally ne s’est jamais mariée, a passé toute sa vie sur cette terre et l’a finalement acquise. Lorsqu’elle est devenue incapable de prendre soin d’elle-même, la famille Alex Mackenzie l’a accueillie et lorsqu’elle est décédée à l’âge de 85 ans, elle leur a laissé cette terre. On l’appellera toujours «Sally’s Beach». Bien avant que Sally’s devienne un parc provincial en 2000, il s’agissait d’une plage publique informelle. L’accès reconnu remonte à la fin du XIXe siècle, à l’époque où il était un lieu de collecte de gravier et d’algues pour les agriculteurs. Dans les années 1950, c’était le lieu idéal pour les pique-niques communautaires et les réunions de famille lorsque des parents rentraient chez eux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons donc poursuivis notre chasse aux phares en voyant premièrement le Phare Annandale. C’est en 1898, que le phare a été installé sur des terres achetées à Alfred Robertson, ainsi qu’à George et Edwin McFarlane, au prix de 80 $. Celui-ci guide guider les marins de Grand River et ceux venant au quai d’Annandale. Pour trouver ce phare, il faut emprunter la route Lighthouse de par la route 310.

Puis, ce fût au tour du phare de Cardignan River de se faire photographier. Celui-ci est situé sur une péninsule délimitée au nord par la rivière Cardigan et au sud par la rivière Brudenell. Pour aider à guider les navires, un phare a été établi sur une pointe située juste en amont du quai du traversier et en dessous de la plage de Morrison. Le phare de la rivière Cardigan est une tour blanche carrée en bois de 9,8 mètres (32 pieds) de hauteur et a été construit sur une terre faisant partie d’une concession de terre à la famille Morrison en 1834.  Craignant que les jeunes utilisent le phare abandonné de Cardigan River comme lieu de fête et qu’il soit brûlé accidentellement, Paul et Rosemary Batchilder ont acheté la tour dans les années 1980 à partir de Crown Assets, puis l’ont déplacée à environ 305 mètres de son ancien emplacement. En 2009, les Batchilders ont offert la tour à l’une de leurs filles, qui envisage de la convertir en cottage.

Nous avons poursuivis notre route en direction de Georgetown, une petite ville pittoresque de la côte est de l’Île-du-Prince-Édouard. C’est un endroit merveilleux pour vivre, faire des affaires et bien sûr, visiter. Georgetown est la capitale du comté de King’s et est renommée mondialement pour son importance dans le secteur du transport maritime.  Situé au cœur du quartier historique de Georgetown, bordé par le palais de justice historique de Georgetown (1886), le King’s Playhouse et l’église anglicane Holy Trinity (1839), nous avons découvert le A. A. Macdonald Memorial Park. Nous avons marché autour du grand étang avec une fontaine éclairée, sur des petits chemins menant à plus de 60 petits jardins colorés ainsi qu’à la plus grande roue de bateau du Canada. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai aussi profité de quelques minutes pour marcher dans les rues de la ville et de voir son port. L’endroit est fort bien charmant et je recommande aux gens de passer par cette belle ville.

Nous avons ensuite vu l’avant dernier phare de la journée, le phare de Georgetown. En 1868, un phare a été construit à St. Andrew’s Point, situé en face du confluent des rivières Brudenell et Montague de Georgetown, afin de guider les navires dans le port. Le phare de St. Andrew’s Point a été complètement détruit par un incendie en octobre 1894 et une nouvelle tour de 10,4 mètres.

En 1891, le mât qui avait été placé sur la ferme de Westaway pour servir de lumière intérieure fut remplacé par une tour carrée en bois, peinte en blanc et surmontée d’une lanterne en fer galvanisé. La tour fait 14 mètres de hauteur depuis sa base jusqu’à la girouette sur sa lanterne.  Le phare historique de 1895 est sur une propriété privée et abrite un petit appartement.

Notre dernier arrêt s’est fait à Panmure Island. Avant d’installer nos tentes, nous avons décidé de voir le phare Panmure Island Lighthouse. Le phare de l’île Panmure mesure 17,8 mètres de sa base à la girouette et est le deuxième phare formel construit à l’Île-du-Prince-Édouard. Comme le premier phare de Point Prim, construit en briques, Panmure a la particularité d’être le premier phare en bois de l’île. La tour octogonale est soutenue par une fondation en pierre. La tour, qui contient quatre étages reliés par un escalier en bois, a beaucoup de caractéristiques décoratives, comme une corniche en encorbellement et des fenêtres et une porte à fronton, ce qui en fait un sujet de prédilection pour les photographes.

Le 3 octobre 2012, le phare de Panmure Head a été reconnu comme lieu patrimonial aux termes de la Loi sur la protection des lieux patrimoniaux de l’Île-du-Prince-Édouard. La propriété du phare de Panmure Island a été transférée à la Panmure Island Lighthouse Association en décembre 2015 et, à ce moment, le groupe a reçu une subvention unique de 80 000 $ pour aider à compenser l’entretien de la propriété. Grâce à ces fonds, une boutique de cadeaux y a été mise en place à l’intérieur.

 

Nous avons donc installé nos tentes dans le parc de Panmure Island et j’ai laissé mes comparse profiter de la plage de Panmure alors que j’avais prévu passer une soirée avec ma famille qui était en visite à Charlottetown. J’ai repris la route pour une bonne heure et passé une magnifique soirée dans cette ville qui fut le lieu de naissance de la Confédération. Je suis tombée en amour avec cet endroit ayant un équilibre parfait avec son charme de petite ville, sa grande énergie et a belle ambiance. Ses paysages de rues romantiques et ses vues imprenables sur l’eau nous laisse pas indifférent.

C’est donc au Claddagh Oyster House que nous avons terminé notre soirée. Le restaurant est un endroit très populaire auprès des touristes et des habitants de l’île. Mettant en vedette les meilleures huîtres du Canada et du monde entier, la Claddagh Oyster House est une salle à manger chaleureuse et contemporaine, située dans un bâtiment historique du centre-ville. Le menu est très varié et change constamment selon la saison. Il comprend des fruits de mer les plus frais, du bœuf, du poulet, des pâtes et un vaste choix de vins. J’ai donc penché pour goûter les meilleures huîtres (après celles de l’Oyster Barn à Malpèque) et savourer une patte de crabe. Après cette belle trouvaille en famille, je suis revenue au camping de Panmure Island.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Roadtrip ÎPE – Jour 8 – Sud de l’Île du Prince Édouard

 

Publicités