20 Juin 2018 – Athènes

Notre 8e journée se déroulait à Athènes. Bien fébrile à l’idée de visiter cette 3e plus grosse ville en importance en Europe après Londres et Paris, nous nous sommes réveillés plus tôt afin de se préparer pour notre excursion à L’Acropole d’Athènes. Nous avons pris place dans un autobus et pris la route pour cette ancienne citadelle située sur un éperon rocheux au-dessus de la ville d’Athènes.

L‘Acropole et ses monuments sont le symbole universel de la civilisation classiques et forment le plus extraordinaire site architectural légué par la Grèce antique au reste du monde. Le mot acropolis vient des mots grecs akron, « point le plus haut, extrémité » et polis, « ville ». Dans les temps anciens, on l’appelait Cecropia, d’après le serpent-homme légendaire, Cecrops, le premier roi athénien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une fois arrivé, la guide nous a donné nos billets pour entrer sur le site. L’endroit est très touristique et il est difficile de se déplacer où l’on veut. Marchant comme des poulets allant à l’abattoir, c’était très difficile de savourer le moment. Il y avait tellement de gens qu’il était pratiquement impossible de prendre des clichés sans qu’il n’y ait personne dans la photo. Nous avons laissé le groupe pour visiter la place par nous-même car la guide prenait beaucoup trop de temps d’arrêt. On avait l’impression que l’on perdait notre temps. La visite au total à duré près de une heure trente au total. Le billet coûte 20 Euros et je dois avouer que cela revient cher pour y avoir accès. Sur le site, il y a des panneaux d’informations racontant l’histoire de chacun des bâtiments ainsi que les façons de procéder quant à leur restauration.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tous les trois, nous avons vu le plus célèbre bâtiment de grande importance architecturale et historique, le Parthénon ainsi que le temple d’Athéna Nike. Le Parthénon signifi littéralement « la salle ou la demeure” des vierges ». La bâtiment à été fait de marbre Pentélique (une montagne grecque située au nord-est d’Athènes) et a servi à la fois d’un temple spécialement consacré à la déesse Athéna Parthénos, protectrice de la cité et déesse de la guerre et de la sagesse. Le Parthénon est probablement le temple qui a le plus inspiré les architectes néo-classiques et a servi de modèle dans de nombreux pays occidentaux (institutions politiques, parlements, assemblées ou palais de justice, bibliothèques, universités ou musées). 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quant au Temple d’Athéna Nikè, il fut érigé au ve siècle avant J-C en l’honneur de la déesse de la victoire, AthénaVictorieuse. Ce premier temple de l’Acropole occupait une position de choix sur un promontoire fortifié. Les citoyens vénéraient la déesse dans l’espoir d’obtenir victoire lors de la guerre contre Sparte et ses alliés.

Le Parthénon et les autres bâtiments ont été sérieusement endommagés pendant le siège de 1687 par les Vénitiens pendant la guerre de Morée. J’ai été un peu déçue malgré que le site nous laisse une vue imprenable sur Athènes et ses environs. Cela m’a encore confirmé que je n’aime pas les bains de foule… Nous sommes revenus sur nos pas et avons rejoint le groupe pour repartir en bus.

Nous avons fait un bref tour de ville en soulignant quelques endroits intéressants dans la grande ville. Nous avons arrêté 10 minutes au Stade panathénaïque.  C’est en 1894, que le baron Pierre de Coubertin créa le Comité International Olympique et décida de relancer les Jeux Olympiques. Suite à une proposition du représentant grec, Demetrios Vikelas, Athènes a été décidé d’accueillir les premiers Jeux Olympiques modernes. En 1896, le stade panathénaïque accueillait des compétitions d’athlétisme, de gymnastique, d’haltérophilie et de lutte, ainsi que les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux et était le lieu d’arrivée du marathon.  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons repris la route pour voir d’autres sites mais étant assise bien confortablement dans mon siège, je me suis assoupis dans l’autobus jusqu’à ce que l’on arrive au port. Notre routine bien instalée, nous avons mangé et profité du soleil sur le bateau le temps qu’il quitte le port d’Athènes.  Nous avons fait nos adieux à cette grande ville dotée d’un riche passé.

 

Voyage Croisière : Katakolon

Publicités