19 juin 2018 Chania – Crète

Après avoir eue une bonne nuit de sommeil, mon frère et moi avons déjeuné tranquillement laissant notre mère dormir un peu. Il va sans dire que la journée à Santorini n’a pas été de tout repos. Ma mère nous a rejoint peu de temps après au restaurant. Nous n’avions pas pris d’excursion pour la journée alors, nous n’étions pas pressés de sortir du bateau. Nous sommes partis du paquebot pour visiter la ville de Chania, nommée également Hania ou La Canée. Au port de Souda, nous avons marché jusqu’à un petit kiosque pour acheter des billets d’autobus pour nous rendre en plein centre-ville de Chania.

La Canée est la 2eme plus grosse ville de Crète avec ses 55 000 habitant. Ses pouvoirs de séduction sont si grands que l’on veut y rester un peu plus longtemps. Le site a été continuellement habité pendant des milliers d’années depuis l’époque minoenne. Et à la fin, ce sont ces influences byzantines, vénitiennes, grecques et turques uniques qui rendent La Canée si irrésistiblement charmante. La ville est sur l’emplacement d’une ancienne cité minoéenne : Kydonia. La première chose que l’on entend à propos de La Canée sont bien entendu son port vénitien, son vieux port, ses rues commerçantes et ses restaurants riverains. Une grande partie des bâtiments anciens, musées, églises et boutiques d’artisanat se retrouvent regroupés près du port. C’est disons l’endroit de prédilection pour voir certains bâtiments anciens de conception vénitienne et turque. On devient vite accro après avoir jeté un seul coup d’œil à cette ville pittoresque surplombant une mer turquoise.

Une fois bien installé dans l’autobus, nous avons traversé une partie de la ville pour nous rendre directement à la place centrale de la ville. Étant donné que nous n’avions pas de plan précis et que le temps nous était limité, nous avons pris le bus touristique à toit ouvert pour avoir un bref aperçu de la ville. Nous avons déboursé près de 15 Euros pour le tour. Je trouvais cela un peu cher mais bon, tout coûte cher en Europe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons passé devant le Bastion San Salvador situé à l’angle nord-ouest des remparts vénitiens de la vieille ville de La Canée, à l’ouest de la forteresse de Firka. Le Bastion San Salvatore constituait une partie des fortifications construites par les Vénitiens au XVIe siècle dans la ville. Il était entouré de fortifications utilisées pour la défense et la protection contre les ennemis extérieurs. Chaque forteresse, monastère, ruine antique et manoir néoclassique a une histoire à raconter. L’autobus a continué sa route et nous avons décidé de faire un arrêt imprévu près du Rempart Sabbionara. L’endroit est tout à fait charmant et nous a conquis au premier coup d’œil. Nous étions sur une grande promenade faite de pierre qui nous laissait une vue imprenable de la mer Égée. Il y avait au loin, quelques locaux qui profitaient de la belle température pour se baigner dans les eaux turquoises et le Rempart Sabbionara qui nous laissait imaginer les temps durs de son passé.

Nous avons marché en direction du Port Vénétien de Chania, cconstruit par les Vénitiens entre 1320 et 1356. Autrefois, c’était un centre important, servant les navires militaires vénitiens, ainsi que l’un des ports commerciaux les plus importants de la Méditerranée orientale. Au 16ème siècle, en raison d’une menace turque, le port a été inclus aux nouveaux plans de fortification de la ville de Chania. Ce n’est au 19ème et début du 20ème siècle que le port a progressivement été abandonné par les grands bateaux qui ont préféré utiliser le grand port naturel de Souda, qui dessert le trafic passagers et commercial de l’ouest de la Crète jusqu’à aujourd’hui.  Nous avons marché près du quai qui est la partie la plus animée de la vieille ville de La Canée, remplie de cafés, restaurants, bars, boulangeries et autres boutiques puis avons bifurqué le long du rempart jusqu’au phare. Il faut parcourir environs 2km sur un chemin de pierres inégales. Il était possible de voir non loin la forteresse de Firkas à l’entrée du port.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons fait un petit tour au Bastion de St Nicholas, là ou autrefois, nombreux des Vénitiens et Turcs ont exécuté des prisonniers condamnés. Nous avons terminé notre course au phare situé à l’extrémité de la promenade. Le phare de La Canée, le joyau de la ville, est l’une des plus anciennes maisons lumineuses, non seulement en Grèce et en Méditerranée, mais aussi dans le monde. Le phare est une attraction majeure dans le vieux port de La Canée et fascine toujours les visiteurs et est l’un des monuments les plus photographiés de la Crète, surtout la nuit quand il est allumé. La tour a été construite par les Vénitiens vers 1595-1601 et a pris sa forme définitive pendant la période égyptienne vers 1839. Mesurant 21 mètres de hauteur et construite sur une base en pierre, la tour nous laisse une vue magnifique de l’extrémité de la jetée du vieux port et de la forteresse de « Firkas ».

Nous sommes revenus à notre point de départ et avons décidé de se rafraîchir dans la mer Égée. C’était plus que plaisant. 45 minutes plus tard, nous avons repris l’autobus rouge et avons continué de faire le tour de la ville en se rendant sur un plateau situé en altitude à l’ouest de la ville. De cet endroit, la vue était magnifique, surtout du côté de la baie de Chania ou l’on pouvait apercevoir le port Souda ainsi que notre bateau de croisière. Étant près du Rhapsody, nous avons débarqué au Stop (#10) de Souda pour éviter de se rendre en plein centre-ville et de revenir encore une fois en autobus de ville. Nous avons marché jusqu’au port pour moins de 2km et avions pris place sur le paquebot.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le bateau a quitté La Cannée et nous avons profité de ses derniers moments pour contempler cette magnifique région de la Crète. Nous avons en plus observé un sous-marin arriver dans la baie de Souda … C’était très impressionnant je dois avouer.

 

Voyage Croisière : Athènes

Publicités