Étant en visite chez mon copain Clayton (Hé oui ! Nous avons toujours gardé contact depuis nos dernières aventures Alberta en Septembre dernier !) Nous avons opté pour faire quelques activités hivernales dans son coin de pays. Ayant 20 jours de congé, nous avons fait une petite escapade d’une journée dans la région de Kananaskis en Alberta.

Cela nous a pris quelques heures avant d’arriver dans la région de Kananaskis pour notre première destination, Grotto Canyon. De Calgary, il faut prendre la TransCanada Highway 1 et se diriger jusqu’à la sortie Seebe (route 1X). De là, il faut aller vers le nord et tourner à gauche sur la 1A (Bow Valley Trail). Il faut compter environs 11km avant d’apercevoir une affiche du Sentier Grotto. Le parking est situé sur le côté nord de l’autoroute. Pour mieux vous situer, l’endroit se trouve derrière une usine de ciment (pas très charmant comme endroit).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une fois stationné, nous avons mis nos vêtements chauds et enfilés nos crampons (qui ont bien été utiles je vous confirme). Le sentier débute du parking (il y a un panneau d’information au départ). Il faut compter 1,1 km du parking avant d’arriver aux abords du ruisseau (creek). Il nous a suffi de marcher vers le Nord en suivant le ruisseau gelé en direction de la chute. On a donc marché quelques kilomètres au beau milieu du ruisseau gelé entre des parois étroites, ayant des anciens pictogrammes indiens, qui serpente jusqu’à la chute. On peut tranquillement apercevoir des adeptes d’escalade de glace grimpant la chute Grotto. Nous avons continué quelques mètres vers la droite, ou nous sommes arrivés à une méga cascade gelée et une petite grotte. J’étais bien contente d’avoir mes crampons à ce moment-là !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous étions un peu déçu de ne pas avoir vu les pictogrammes indiens. En revenant sur nos pas, une dame nous a donné quelques informations à ce sujet. C’est sur notre chemin de retour que nous les avons vus. Il faut chercher de faible image d’ocre rouge représentant des guerriers en train de danser. Les pictogrammes sont à 2 mètres (6 pieds) du sol, sur une dalle lisse sur la paroi gauche avant d’atteindre la chute d’eau. Étant sur un ruisseau gelé, les pictogrammes nous arrivaient au niveau des hanches. Quand même impressionnant. 

Il faut savoir que ses images ont entre 500 et 1500 ans. Les images sont faites d’ocre rouge et représentent plusieurs figures humaines et animales. Il pourrait s’agir d’une signification spirituelle ou de marquer les détails de la chasse aux animaux dans la région. La figure la plus intrigante est un petit humain courbé plié aux genoux. Il tient un long objet mince à sa bouche. Ceci est immédiatement identifiable comme le joueur de flûte de Kokopelli. Il a été utilisé comme un symbole par les peuples autochtones Hopi qui résidaient dans le sud des États-Unis. Il semble que les Hopi aient parcouru des milliers de kilomètres au nord et aient à la fois passé à travers le canyon. Malheureusement, ils ont considérablement diminué en raison du contact humain. Les huiles dans nos mains accélèrent le processus d’érosion.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous sommes donc retournés sur nos pas avec la satisfaction d’avoir trouvé ses pictogrammes et d’avoir découvert un autre endroit dans la région. Le sentier s’est fait en moins de deux heures, il faut de bons souliers et des crampons (hiver). Bref, tous peuvent facilement faire le sentier et apprécier l’endroit.

 

Comme deuxième petite aventure, nous avons essayé de faire quelques mètres dans le sentier Yamnuska. Nous avons donc pris la route 1A et fait 2,1 km après avoir dépassé la jonction de la route 1X. Nous avons tourné à gauche en suivant les indications du Mont Yamnuska (2240m d’altitude). Nous avons stationné notre voiture et pris quelques informations sur le panneau d’information au début du sentier.

La montagne Yamnuska est située au bord de la montagne Rocky et des contreforts du parc provincial de Bow Valley. C’est la première montagne à droite lorsque l’on entre dans les Rocheuses canadiennes de Calgary. Sa caractéristique la plus importante est sa large falaise de 152 mètres orientée plein sud qui est très appréciée des grimpeurs locaux. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le début du sentier est relativement facile, on grimpe tranquillement en altitude en traversant un forêt de bouleaux. Il faut faire environs 1 à 2km avant d’atteindre la jonction signalisée qui mentionne, les alpinistes à gauche et les randonneurs à droite. Bref, nous n’avions pas l’intérêt de faire le sommet mais nous avons opté pour le sentier à gauche qui est soit disant le chemin le plus facile vers le sommet.  Nous n’avons fait que quelques mètres avant de rebrousser chemin, sachant que nous ne pourrions pas en faire d’avantage.

Il est aussi Intéressant de noter que le nom officiel de la montagne est Mount Laurie. Avant 1961, la montagne s’appelait Yamnuska, dérivé du mot indien « Stamnathka », qui décrit des falaises abruptes ou« la montagne à face plate ». Les Indiens Stoney ont renommé la montagne en l’honneur du fondateur de l’Association des Indiens de l’Alberta, John Laurie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Après cette brève escapade dans la nature, nous avons poursuivis notre route vers le Sentier des Chutes de Troll. Les sentiers sont situés près de la base de ski de Nakiska, construite pour les Jeux olympiques d’hiver de 1988, à Kananaskis Country. Il faut prendre la route 40 (Kananaskis Trail) en direction Sud et tourner à droite pour la station de ski Nakiska. Il faut compter environ 800 mètres de l’autoroute 40 et trouver un insigne de ‘Stoney Trailhead’. De là on y trouve un stationnement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le sentier Troll Falls est un sentier facile de 1.7km menant à une belle chute d’eau. Agréable en toute saison, le sentier suit les pistes de ski pour la majeure partie du parcours et bifurque pour le dernier kilomètre menant à la chute principale. Cela ne nous a pris moins d’une heure avant d’arriver à la chute d’eau. C’était un bel endroit tranquille nous permettant de profiter des joies de l’hiver. Aux chutes, il est possible de prendre un autre sentier menant au haut de la chute. Je dois vous avouer que c’était une belle partie de plaisir (pour une fois que je n’amène pas mes crampons). Il n’y avait que moi  pour descendre une pente sur les fesses, tenté d’agripper les racines et arbres environnants pour escalader un sentier glissant… Bref, j’ai réussis quand même de peine et de misère. Du haut de la chute, on peut avoir une belle vue des montagnes environnantes. C’était une belle petite ascension !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous sommes revenus sur nos pas, la température se faisait plus froide et le soleil commençait par se cacher derrière les montagnes. Nous avons pris le même chemin du retour … humm en fait non … on a tenté de prendre un autre chemin (sentier équestres) qui nous a fait marcher le long de lignes électriques jusqu’au stationnement. Je dois vous avouer qu’avec les rafales de vents (glacials), ce n’était pas tant une partie de plaisir. Mais bon… on a quand même eu du plaisir (à se dépêcher tant bien que mal) à marcher sur ce sentier inexistant.  Une fois au véhicule, nous avons célébré notre première aventure hivernale dans le Comté de Kananaskis.

 

Pour voir les Photos vous pouvez aller à : 2018 – Kananaskis, AB

Publicités