27 Août 2017

Malgré une nuit particulièrement froide, j’ai eu un réveil matinal et décidé de prendre mon petit déjeuner sur le cap de roche en face de mon campement. Voyant un levé de soleil, je ne pouvais être mieux placé pour profiter de ce beau moment. J’y ai d’ailleurs observé un faucon plonger dans l’eau afin d’y pêcher son repas et de s’en aller tranquillement dans la forêt, poisson agrippé sous ses serres.  C’était tout simplement indescriptible. Réchaud installé, je bouille mon eau et me fait du gruau que je mélange avec des noix.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je peux vous le dire que j’ai pleinement profité de chaque instant de cette aventure. Aux environs de 10h00 je devais me rendre au point de rencontre pour le service de navette venant me chercher pour m’accompagner sur l’île Quarry.  Étant bien en avance, j’ai pris mon temps pour faire sécher ma tente au soleil. J’ai rangé mes équipements dans mon packsac et préparer mon sac de jour pour conquérir l’île Quarry et Niapiskau. Je dis au revoir à cet endroit unique et prends la direction du point de rendez-vous. Alors que j’attends le bateau, mon couple voisin marche sur le sentier en ma direction. Ceux-ci ont décidé de faire le tour de l’île aussi, je leur donne conseil sur le trajet à faire pour marcher les 27km autour de l’île et les saluent.

10h30, j’aperçois le bateau au loin venant à  ma rencontre. Le capitaine et son matelot m’accueille chaleureusement et je suis seule passagère à bord pour l’île Quarry. Je discute donc avec le matelot pendant le trajet. Étant donné que je passais l’après-midi sur l’île et revenais avec le même transport, le Capitaine m’a proposé de garder mon packsac dans la cave du bateau. J’ai donc accepté sans hésiter et pris que mon sac de jour pour faire le tour de l’île Quarry. La journée s’annonçait parfaite encore une fois avec du soleil à profusion et quelques petites bourrasques de vent frais.

Le bateau arrive dans les environs de 11h00, une fois de plus, l’aventure m’attendait. Je devais revenir pour 15h00 avant de reprendre le service de navette encore une fois. J’ai pris le chemin principal pour me rendre aux installations OTENTIK. Nombreuses personnes y marchent tout en transportant leur équipement muni d’une brouette.

 

Sentier littoral Le Petit Percé, Baie de Quarry (KM0) à Anse aux Érosions (KM 3,8)

Faisant le tour de l’île en sens horaire, j’ai marché sur Le Petit Percé en bordure du Fleuve Saint-Laurent. Le sentier se fait principalement sur des gros cailloux et du sable entre l’eau et des parois rocheuses recouvertes de végétation. La route est facile à s’y promener et la vue de la Côte-Nord est magnifique. Je suis donc arrivé rapidement à La Pile, un pilier de roche au beau milieu de l’eau. Après quelques clichés, je suis repartie faisant la partie Sud du sentier sur lequel je pouvais marcher sur des roches plates. C’était fascinant ! J’ai observé quelques monolithes en route et poursuivis ma route jusqu’à l’Anse aux Érosions. C’est l’endroit le plus populaire de l’île, la majorité des gens viennent prendre de nombreuses photos de l’endroit. Je marche parmi les immenses monolithes.

Aux alentours de midi, j’ai décidé de presser le pas en faisant l’autre partie de l’île. Je ne voulais pas manquer le bateau pour 15h00.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Sentier Littoral Les Cyprièdes, Anse aux Érosions (KM 3,8) à Baie de Quarry (KM 14,6)

Cette partie de l’île est quand même populaire, beaucoup de gens s’y aventure et profite de l’endroit pour y voir d’autres monolithes. Par contre, la majorité ne fera que marcher le long du sentier de la partie Sud. Je n’ai pas eue l’occasion de rencontrer de gens sur le chemin du côté Ouest et Nord de l’île. Les Cyprièdes est un sentier très facile au bord du Fleuve. On marche sur du sable et peut observer des monolithes en chemin. J’étais bien heureuse d’avoir choisi cette option ! 13h00, je décide de prendre une petite pause dîner sur un sol roche du côté Ouest de l’île. Je me suis assise sur un bloc de roche, admiré la vue et tenté désespérément de voir cette fameuse baleine qui soufflait son air au loin. J’ai repris mon chemin tout en entendant des baleines souffler au loin. Je me sentais très bien dans cet environnement. J’arrive finalement au dernier monolithe et y prends des clichés. Je continue ma route  sur la partie Nord de l’île, au-dessus d’une falaise longeant le fleuve. Je peux y voir les bateaux se rendre à la Baie Quarry.  J’arrive vers les 14h30 à la Baie Quarry, passant devant le camping sauvage. Je me dirige vers le bateau de Boréale Services Maritimes et m’installe dans le bateau. Malheureusement, je n’ai pu faire les deux derniers petits sentiers aménagés par manque de temps soit l’Anse aux Érosions (0,6km) et Les Falaises (1,2km). Ce sera pour une prochaine fois !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quinze minutes après m’être installée dans le navire, le Capitaine décolle et nous amène à notre dernière destination, l’Île Niapiskau.

 

Moins de 30 minutes ont suffi pour se rendre à l’Anse aux bonnes femmes. En chemin, j’ai observé un endroit remplis de monolithes. Je devais m’y rendre rapidement car cela semblait plus qu’intéressant de découvrir cet endroit. Celui-ci est un secteur ou la randonnée est impraticable à marée haut. Une fois le bateau accosté, je n’ai pas suivis le groupe pour la visite avec un guide. J’ai marché rapidement vers cet endroit mystérieux et promis de revenir à temps pour une partie de la visite guidée. Rayons de soleil reflétant l’eau cristalline du fleuve, monolithes et température idéale, je ne vous en dis pas plus… Si vous regardez mes photos, vous aurez surement l’envie de vous y rendre aussi. Cette place a été mon coup de cœur de l’île.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le temps filait et je suis repartie pour poursuivre le restant de la visite guidée en suivant de loin le groupe dans un sentier en boucle avec belvédères. De là, on pouvait observer ces géants de calcaire surnommés « Bonnes femmes ». Je prenais d’autres clichés de ses immenses monolithes (La Chouette, Le Gateau de Noce, La Bonne femme, La tête d’indien). L’animateur expliquait la création des monolithes présents sur l’île ainsi que leurs origines et bien entendu, l’histoire du célèbre chantre de la Minganie et l’auteur de plusieurs recueils de poésie, Roland Jomphe. Malheureusement, celui-ci c’est éteint en 2003 à l’âge de 86 ans.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À la fin de la visite, le groupe est revenu au bateau. Dernier arrêt, Havre Saint-Pierre ! Nous avons fait une petite visite de l’île aux fantômes en chemin mais sans plus, ce sera une prochaine fois dans mon cas. Mon visage avait pris du soleil et j’en ressentais les conséquences. Une fois rendus, j’ai repris mon packsac au comptoir de Boréale Services Maritimes et je me suis dirigé Chez Julie, un restaurant de fruits de mer. J’y ait commandé une pizza aux fruits de mer avec beurre à l’ail et après une pointe, j’en avait le ventre plein. J’ai donc emporté le tout dans la voiture et pris le chemin du retour vers Sept-Îles avec de nombreux souvenirs en tête.

Ma prochaine visite dans les Mingan se fera en Été 2018 ! J’ai bien hâte de voir ce que me réserve l’endroit cette fois-ci.

Publicités