13 Janvier 2017

Je ne suis aucunement en mesure de décrire ce que j’ai vu et vécu aujourd’hui… Je ne trouve aucun mot qui pourrait vous dire comment j’ai apprécié ma journée…

Je me lève vers les 08h30 et prépare mon packsac et sac de jour qui quitter définitivement Reykjavík Hostel Village. Gros sac sur le dos, petit sac sur le devant, j’étais très bien installée pour marcher les rues de la Capitale pour une dernière fois. J’en ai donc profité pour prendre encore des clichés des  »street art ». Voici ceux qui j’ai prises depuis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai donc marché 1 heure dans la ville pour me rendre à la compagnie Sixt (Location d’auto). Lorsque tout ait été terminé, j’ai pris possession des clés et j’ai fait connaissance avec mon nouveau partenaire de voyage. Je me suis bien installé et commencé à apprivoiser les boutons. * Lors du voyage, j’ai grandement apprécié le volant chauffant et siège chauffant*  Une chose que je vais SUREMENT avoir pour ma prochaine voiture !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

11h00, je quitte Reykjavík en direction de l’est. Ma prochaine destination ? Je ne sais pas… c’est ce que j’aime de mes voyages. Je découvre au fur et à mesure. Je prends donc la N1 traversant tranquillement des plaines rocailleuses et recouverte de neige. Quelques montagnes et collines font parties du décor féerique le tout éclairé par le soleil. Après 30 minutes de route, j’arrive finalement à Hveragerði.

Situé à 45 km de Reykjavik, le village de Hveragerði s’étend sur un champ de lave de 5000 ans. Tout au long de l’année, on peut y voir la vapeur causée par les nombreuses sources d’eau chaude dans la ville s’élever au ciel. C’était magnifique de voir cette ville du haut de la pente de Kamba. Le joyau le plus précieux de Hveragerði est son parc géothermique. Il y a peu de villes dans le monde avec des sources d’eau chaudes qui se retrouvent pratiquement dans la cours des habitants. Le parc est situé au centre du village et est ouvert tous les jours en été. Il était fermé lorsque je m’y suis rendue. Il est même possible d’y faire un bain de pied dans de l’argile naturelle et ensuite y tremper les pieds dans l’une des sources chaudes. Certains locaux, font même cuire le pain noir en utilisant le sol géothermique comme un four. Assez spécial vous trouvez pas ? Tout comme certains enfants aiment bien faire bouillir les œufs dans les sources…  

L’existence de sources chaudes a conduit les gens à s’installer à Hveragerði. L’eau chaude naturelle est utilisée pour le chauffage des locaux, pour la cuisson et la lessive. Mais elle a également conduit au développement des emplois. La première serre a été construite à Hveragerði, marquant le début de l’horticulture dans la région. L’horticulture est devenue un secteur clé de l’économie locale. 

20170113_114849

De plus en plus de gens choisissent de venir et de vivre dans la ville attirés par sa tranquillité et la proximité de la nature. La population croissante est passée à 2300. La piscine du village à été pendant des années, la plus grande piscine en Islande. L’endroit semble simple au départ mais le village recèle aussi un bijoux, un endroit très apprécié des touristes.

Alors que j’arrête au Centre d’information de la Ville pour me renseigner sur les attractions du coin. Le préposé m’a encouragé d’aller au Reykjadalur Hot Spring Trailhead. Reykjadalur veut dire  »Steam Valley » et est situé dans la région du Mont Hengil qui est un volcan éteint. Il a déjà été actif 120 000 ans auparavant. Je ne saurais décrire cet endroit mais cela est devenu mon coup de cœur de la journée. Je me dirige à cet endroit à quelques kilomètres du Centre, prenant une route secondaire. La vue des lieux en valait déjà son pesant d’or. Je stationne ma voiture près du Reykjadalur Café. Sac de jour, maillot de bain, serviette, bottes de rando et linge chaud, je pars à la conquête de mon premier Hot Springs !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le sentier est large et très facile à suivre pour 4km. Quelques pentes à gravir sans trop d’effort y sont au début. Cela prend environ 1h-1h30 pour s’y rendre (surtout si on s’y arrête pour prendre des photos). L’endroit était tout simplement spectaculaire avec le soleil qui éblouissait les montagnes. La neige brillait de partout ! J’ai traversé quelques flancs de montagnes (Monts Jupnabrekkur et Ptarmingan) toujours en altitude en faisant bien attention car le sentier était quelque peu glacé. De là, on peut apercevoir Drottningarhola,  »Queen’s Hole », le canyon Djupagil d’où sort la chute Djupagilfoss et la vallée. Je suis finalement arrivé sur un mini plateau ou je pouvais apercevoir de la vapeur sortir des nombreuses sources d’eau chaude au loin. La vue est tout simplement impressionnante, surtout que j’avais du soleil en arrière-plan. J’ai continué la marche en traversant un petit pont de bois, tout en traversant la fumée ayant une odeur de soufre et œuf pourris. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À la toute fin de la randonnée, on peut apercevoir quelques quais en bois et des installations en croix. On y voit aussi un large ruisseau ou l’eau est claire et parfaite pour se détendre après la randonnée. C’est de là que j’ai pu y faire saucette dans l’eau chaude. Pour y sortir, c’était un peu plus difficile … oh lala qu’il faisait  »frette » ! Je suis revenue sur mes pas, avec une impression de fraîcheur, je n’avais aucunement froid et au contraire, je sentais mon corps plus chaud ! C’était un beau feeling. Je me sentais vivante !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au retour, j’ai repris mon chemin et j’ai fait un petit arrêt au Bonus, un marché ou je me suis procuré de la nourriture pour les prochains jours (je n’en avais pas asser, car je ne savais pas qu’il n’y aurait aucun marché après la ville de Skogar). J’ai repris la N1 vers l’est et est passé au travers de Selfoss (rien d’intéressant), Hella (encore moins), et Hvolsvöllur, ou le Centre d’information était fermé (la joie…). Mon Auberge n’était pas trop loin de cette ville, soit à 10 km sur une route secondaire. Je devais faire mon Check-In pour 17h00 alors j’avais encore du temps à perdre.

16h00, je décide finalement de continuer ma route sur la N1 pour aller voir la Chute Seljalandsfoss. Je traverse encore des plaines de roches mais voit au loin, la forme d’une immense montagne, qui est en fait le Volcan Eyjafjallajökull. 15 minutes plus tard, j’arrive aux chutes Seljalandsfoss et Gljúfrabúi. C’était un endroit bien occupé par les touristes mais je faisais de mon mieux pour faire tous les endroits que les gens n’iront pas. À commencer par l’escalade d’une parois rocheuse pour voir Gljúfrabúi de près…

Gljúfrabúi est une chute de 40 mètres de haut et est partiellement caché derrière une grande falaise qui lui donne une aura mystique. On peut la voir dans toute sa splendeur en allant au bas de la chute en entrant dans une petite ouverture. Malheureusement, c’était très glissant et dangereux, je ne me suis donc pas aventuré si loin.  Tant qu’à ne pas la voir du bas, j’ai décidé de grimper un mur de roches et de terre pour la voir de haut. Je dois vous dire c’était dangereux aussi. Ahhhhh j’adore l’aventure !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne devais surtout pas quitter l’endroit sans avoir vu la chute Seljalandsfoss. Son nom en islandais veut dire,  »selling the land of waterfalls »,  Elle est l’une des chutes les plus populaires et célèbre par ses nombreux clichés. Seljalandsfoss, du haut vers le bas, mesure environ 60 mètres de hauteur. Oufff ! Celle-ci est formée par la rivière Seljalandsá, qui traverse le bord d’une falaise volcanique. Ce qui est magnifique de cet endroit est que l’on peut la voir sous tous les angles (de face, de derrière et de haut). Malheureusement, étant le soir en plein hiver, il était impossible de se rendre derrière la chute. Cela était trop glissant. Mais toujours en quête d’action, j’ai quand même monté les escaliers de la mort pour voir Seljalandsfoss et bien sûr, pratiquer mes techniques de patinage devant la chute de 65 mètres de hauteur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’étais bien heureuse d’avoir fait cette découverte ce soir-là. Le ciel était déjà noir et je suis revenue sur mes pas pour aller à mon auberge Godaland Guesthouse. En ouvrant la porte principale de l’endroit, j’y aperçois mes clés de chambre et un message de bienvenue du propriétaire. J’étais seule dans l’auberge pour la soirée. Musique à fond, j’en profite pour écrire dans mon journal tout en me faisant des pâtes sauce bolognaise pour le souper.

Godaland Guesthouse est situé à 10 minutes de voiture de Hvolsvöllur par la route 261. On peut facilement voir les indications de l’auberge et tourner à droite pour se rendre à la bâtisse principale. L’auberge est bien indiqué et le check-in s’est fait à 17h00.  Pour s’y rendre il faut absolument une voiture, il est possible de vous stationner à côté de la bâtisse. Étant arrivé plus tard, le propriétaire a laissé les clés et un reçu du paiement pour l’auberge sur le comptoir d’accueil. La place est très chaleureuse, la cuisine est propre, les chambres aussi, il n’y a rien qui m’a déçu de la place. Le propriétaire est entré en contact avec moi via messagerie (booking.com) pour voir si tout allait bien lorsque je suis arrivé, en soirée et le lendemain matin. Donc très bonne communication et à l’écoute. L’endroit peu accueillir nombreux touristes et voyageurs. Il y a un salon ou l’on peut facilement sociabiliser et grande cuisine. Il y a plusieurs chambres solo ou en groupe. Les toilettes et douches sont propres. Le lit est confortable et le sommeil est bien réparateur. Il y a le service Wi-Fi avec Code. J’ai adoré mon séjour d’une nuit et recommande l’endroit à tous. 

10h00, je tente de chasser les aurores boréales, mais sans succès. Je me recouche et passe une excellente nuit. Pour savoir la suite de mes aventures : Allez à Jour 7 !!

Publicités