11 Janvier 2017

Ce matin, je me suis levée tôt et tard. En fait, étant dans une chambre avec 3 autres personnes, il est difficile de ne pas se réveiller alors qu’une personne quitte vers les 05h30, qu’une autre prépare son stock pour une excursion à 06h30 et que l’autre se lève vers les 07h00. Je me suis réveillée et j’ai déjeuné du gruau avec des canneberges séchées avec un petit jus de Goji dans une petite salle près de ma chambre. Dès que mes colocs ont quittés, je suis retourné me coucher. J’ai mis mon alarme à 09h00 sachant que la majorité des musées ouvrent vers les 10h00. Je me suis endormie solide au point de devoir remettre une autre alarme à 09h30. J’ai eu un sommeil réparateur (merci décalage horaire). J’ai enfin pris mon temps et suis partie dans les rues de Reykjavík. Il faisait plus frais que le jour d’avant mais le ciel commençait à prendre des airs rosées et bleutées causés par le soleil levant.

Mon premier arrêt s’est fait au Rekjavík 871±2.

L’exposition Reykjavík 871 +/- 2 est une exposition basée sur les fouilles archéologiques de la ruine d’une des premières maisons en Islande et de d’autres fouilles dans le centre-ville. En 2001, des restes archéologiques ont été trouvés dans Aðalstræti, qui s’est avéré être les plus anciennes reliques d’habitation humaine à Reykjavík et ce avant 871 ± 2 avant JC. L’Institut islandais d’archéologie a été nommé pour effectuer les fouilles en Janvier 2001. Des vestiges d’une salle ont été découverts. Un examen plus approfondi a révélé que le bâtiment venait de l’âge de la colonisation (période 870-930), au milieu de l’âge viking. Des idées préliminaires sur l’exposition des restes archéologiques  ont été établies. Le conseil municipal de Reykjavík a déterminé que le site devrait être préservé, et qu’un bâtiment d’exposition devrait être construit autour de lui pour abriter l’exposition même. L’exposition se concentre sur les découvertes archéologiques de la première période d’habitation à Reykjavík. Ce qui rends la chose remarquable est que les structures et vestiges ont été trouvés à l’endroit même où le premier colon en Islande s’est établis.

La visite était très intéressante et elle nous transportait dans le temps des premières colonies d’Islande. Il était possible de faire l’exposition munie d’un audio guide en français et d’utiliser des stations interactives (anglais et islandais). Plusieurs objets découverts y étaient présentés avec bien sur la réplique exact des vestiges d’une maison.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

J’ai poursuivis ma visite au Volcano House. Ce fut mon moment coup de cœur de la journée.

Volcano House

L’Islande est un des endroits les plus actifs au monde en termes de volcanisme, il y a plus de 300 volcans qui sont répartis sur l’île. Vu que l’Islande est située entre les plaques Eurasienne et Américaine, elle à bénéficié de plusieurs éruptions aux 3 à 4 ans. L’exposition est gratuite pour tous. On y retrouve toutes les roches que l’on retrouve sur l’île. On peut y toucher et même en apprendre d’avantage par rapport à l’éruption des volcans Eyjafjallajökull et Hekla. Sur les lieux, il est possible d’assister à deux films sur l’éruption des îles Vestmann en 1973 et sur les événements plus récents de 2010, 2011 et 2014. Les deux longs métrages sont projetés ensemble pour un total de 60 minutes. Le premier nous laisse des images choquantes et émotives sur l’éruption de 1973 dans l’île de Westman qui a couvert la moitié de la ville dans la lave. Le deuxième documentaire, Emmy, porte sur l’éruption de 2010 de Eyjafjallajökull qui a arrêté le trafic aérien dans toute l’Europe.

J’ai passé plus de 30 minutes à regarder, toucher, admirer les roches de toute sorte. J’étais impressionnée. Je ne savais ou donner de la tête et j’ai finalement acheté des cendres de l’éruption du volcan Eyjafjallajökull (je vous donne le défi de bien le prononcer) en 2010. Cela fera partie de ma collection de sable. À Midi, je suis entré dans la salle de cinéma (oui oui ça ressemble à cela mais en miniature) pour voir deux documentaires. Je dois vous avouer j’étais émotive au début. Cela me faisait quelque chose de voir tout ses gens perdre leur maison du jour au lendemain. Les films nous sensibilise au fait que cela peut arriver du jour au lendemain et que le peuple est prêt à y faire face en s’entraidant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’était l’heure du dîner et je ne pouvais passer à côté d’un des meilleurs plats  »fast food » typique de Reykjavík ! À 5 minutes de marche, j’ai commandé un Pylsa au stand de Bæjarins Beztu Pylsur. Vous allez me demander ce que c’est ? Hé bien voici sa description :

Une saucisse d’agneau/boeuf, servie sur un petit pain chaud et cuit à la vapeur, surmonté d’oignons blancs crus et d’oignons frits croustillants… le tout garnis de ketchup, de moutarde brune douce appelée pylsusinnep, de remoulade (une sauce faite de mayonnaise), de câpres, de moutarde et d’herbes. C’était délicieux et ça m’a bouché un coin. Vous avez deviné?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un hot-dog bien simple mais très bon à la fois. C’était dans ma Check-List. Une chose de moins à faire dans ma vie ! Après ce repas gastronomique, je suis arrivé au Saga Museum.

Ce musée Viking nous transporte dans les nombreux moments clés de l’histoire islandaise, des moments qui ont déterminé le sort du peuple. On a une vue d’ensemble sur la façon dont les Islandais ont vécu pendant plus d’un millénaire. On y parle de l’époque des premiers colons et l’histoire est apportée d’une manière unique et passionnante, avec des figurines de cire très réalistes. Lors de la visite j’ai pu m’offrir les services d’un audio-guide en français. De là, un narrateur nous parle des nombreuses légendes, des sagas islandaises, des personnages historiques comme Snorri SturlussonIngolfur Arnarson et Leifur Eiriksson. De plus, cette visite nous fait transporter dans des événements tragiques tels que la catastrophe de la mort noire, les pandémies les plus dévastatrices de l’histoire humaine et encore…

C’était une belle visite et réaliste avec ses beaux décors. Il y a eu beaucoup d’effort pour donner vie à ce musée et sincèrement, j’ai grandement apprécié cette visite. Les histoires sont brèves mais nous donne un grand contenu… qui nous donne envie d’en apprendre un peu plus sur chacun des personnages. Certains noms me faisaient penser à la Série Vikings (Floki, Æthelstan).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après ses visites, j’ai pris le chemin de Perlan. Il m’a fallu une bonne heure de marche dans toute la ville pour y parvenir. Mais je ne regrette rien car j’ai traversé le Lac Tjörnin. C’était M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E surtout avec le soleil couchant (bin oui ! À 15h00).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon allez hop ! On se rend à The Pearlan pour terminer cela en beauté et voir Reykjavík de loin avec un soleil couchant. 15h30… le centre est fermé ! NOOOOOOON ! 😭 Je ne m’étais pas renseigné mais The Pearlan est fermé jusqu’en Février. J’ai manqué ça… et marché tout ça pour rien… bah pas tant…je pouvais voir quelques belles vues au loin.

The Pearl (Perlan)


Perlan est un bâtiment historique qui mesure 25,7 mètres de haut. Il a été conçu à l’origine par Ingimundur Sveinsson. Perlan est situé sur la colline Öskjuhlíð. La perle est une structure magnifique. Ouverte au public le 21 juin 1991, elle combine utilité et vision. La plate-forme d’observation sur le niveau 4 offre un magnifique panorama (que j’ai manqué). On y retrouve quelques télescopes avec des descriptions enregistrées en islandais, anglais, norvégien, allemand et français. L’ossature est en acier et supporte le dôme en verre. Les murs qui relient six réservoirs en aluminium contiennent chacun environs 4 millions de litres d’eau de 85 ° C. La chaleur géothermique est la ressource la plus importante dont disposent les Islandais, fournissant une énergie peu coûteuse, fiable et sans danger pour l’environnement. La première tentative pour exploiter cette puissance brute de Mère Nature a été faite en 1755 par les naturalistes Eggert Ólafsson et Bjarni Pálsson. Le forage à Reykjavik a commencé en 1928, lorsque le trou le plus profond a atteint 246 mètres. Aujourd’hui, environ 70 trous fournissent à la région de la capitale de l’eau chaude, variant en profondeur de 500 à 2000 mètres.  À 61 mètres au-dessus du niveau de la mer, il a été longtemps donné que la colline de Öskjuhlid serait l’emplacement du stockage d’eau pour Reykjavik. L’idée de la structure date de 1930, lorsque l’artiste maître Jóhannes Kjarval avait rêves pour le site de Öskjuhlid. Elle à fait en sorte que les murs soit recouvert de miroirs pour que les aurores boréales puissent approcher les pieds des hommes et que le toit doit être décoré de cristal. Le bâtiment devait donc répondre à la lumière du jour et aux symboles de la nuit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon…je suis retourné bredouille à l’Hostel. J’ai grignoté des friandises tout en préparant mon sac pour le lendemain. Étant donné que j’ai « busté » mon budget hier soir avec mon souper de requins fermenté (Hákarl) accompagné de Brennivin et de bière, j’ai opté pour un choix plus écono. J’ai fait une petite marche jusqu’au Noodle Station.

Les choix sont assez simples. Soupe de nouilles au bœuf ou au poulet et soupe végétarienne servis dans un bol bien simple Il ne faut pas s’attendre à des tables bien décorées avec serviteurs. L’odeur à l’intérieur est invitante. Le service est rapide et les employés sont sympathiques. Le prix est bon (20$ CA) et la portion est convenable. J’ai opté pour une soupe au boeuf avec une bonne dose d’épices. Conseil spécial : Ne pas mettre de beaux vêtements (ça revolle de partout) et si vous demandez une soupe de nouilles épicée, juste vous assurer que vous avez de l’eau pas trop loin (sueur au front, renifle du nez, lèvres brulantes). Buuuuurp ! Bon Appétit!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La soirée est encore jeune et après mon souper, qui était soit disant malade mental (oui c’était très bon !), j’ai marché sur Laugavegur et fait du shopping dans les boutiques souvenirs. Je suis revenue à l’Hostel vers les 21h00 ou j’ai commencé à écrire ma journée.

Une autre belle journée passée à Reykjavik même si je n’ai pas fait de snowboard à Blájföll. Demain, surprise ! Je serais dans une excursion, coincée dans un endroit unique. Il me faudra décider … soit rester du côté de l’Europe ou de l’Amérique. Je devrais m’habiller chaudement car je vous le dit… il ne fera pas chaud !

Bonne Nuit !

Jour 5 : Snorkeling in Silfra

Publicités