10 Janvier 2017

Ce matin, je me suis réveillée à 06h00 à cause d’une co-chambreuse qui quittait pour excursions plus tôt. J’ai donc pris mon temps et préparé mon stock pour la journée. Je suis partie vers les 07h00 pour me rendre à l’accueil de l’auberge. De là, un bus m’a pris en passant pour m’apporter au point de rencontre pour mon excursion. Je dois avouer que les excursions sont très bien organisées. Il est rare que l’on se fasse oublier.

Aujourd’hui, je visite le Golden Circle. C’est l’une des attractions la plus populaire en Islande. Geysir, Gulfoss (la cascade d’or) et Þigvellir sont des destinations classiques pour tous les visiteurs. En fait, le Sud et Sud-Ouest est la région la plus touristique du pays ! À l’intérieur, on retrouve le parc de þingvellir ou fut créer le premier parlement du monde, l’Alþingi. C’est un endroit magique avec sa faille de basalte sombre et ses paysages bosselés de mousses vertes et drues à la jonction des plaques américaines et européennes. Dans mon cas, il n’y avait qu’un paysage enneigé mais c’était tout aussi féerique. 

Notre Bus est donc arrivé vers les 08h30. Nous sommes partis en direction du Golden Circle, précisément à Hveragerði en premier lieu. On a disons fait un petit stop de 20 minutes pour que les gens puissent prendre un café. Selon moi, c’était une perte de temps. Mais bon, je suis restée là à attendre. Une fois que tous soit rentré dans l’autobus, le chauffeur nous a amené en direction du Kerið Crater.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Kerið Crater

Cette attraction est un lac formé par un cratère volcanique vieux de 6500 ans. Il est situé dans la région de Grímsnes dans le sud de l’Islande Le cratère même est de forme ovale, a une profondeur d’environ 55 m, une largeur de 170 m et une largeur de 270 m. Le lac lui-même est peu profond (environs 7 à 14 mètres) et en raison des minéraux du sol, la couleur de l’eau est disons vive. En hiver c’est plutôt de la glace… Depuis Novembre 2016, il faut débourser 400 ISK (4-5$ CA) afin d’avoir un droit d’entrée afin de visiter les lieux.

Étant donné que nous avions que 20 minutes, je me suis dépêchée pour faire le tour à pied et me rendre au pied du cratère. C’était de justesse mais bon, c’est ça les groupes organisés… Le sentier était un peu glissant par endroit mais j’ai vraiment aimé cette place !
Notre 2e arrêt s’est fait à Faxi.

Faxi (ou Vatnsleysufoss) est une chute située dans le Cercle d’Or sur la rivière Tungufljót. Il y a que très peu d’information à ce sujet. Notre guide nous a seulement fait mention que la cascade est pleine de saumon et que c’est un endroit idéal pour la pêche. C’est une belle chute d’eau très proche d’un camping mais qui n’est pas visible de la route principale. Il y a une place pour stationner les véhicule et de là nous pouvons marcher quelques mètres pour photographier de haut. Il est aussi possible d’emprunter un autre sentier pour aller au bas de la chute, mais cette journée là, le sentier était très glissant. J’ai eue plus de fun à regarder les touristes glisser sur des plaques de glace enfouis sous la neige … hehe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après ce petit arrêt, l’autobus nous a transportés dans le coin de Geysir à 12km plus loin. Avant tout, il nous à fait débarqué à Gullfoss.

 

Gullfoss

My god qu’il y avait du monde … très touristique mais quand même intéressant et glissant (une chance personne ne m’a vu).  Cette cascade est l’une des plus étonnantes en Islande. Gullfoss veut dire la cascade d’or en Islandais. Elle est située dans le canyon de la rivière Hvítá. Gullfoss est plus qu’une jolie cascade. Elle est aussi empreinte d’une petite histoire. Au début du 20e siècle, les investisseurs étrangers voulaient exploiter la puissance de Gullfoss pour produire de l’électricité. En 1907, un Anglais au nom de Howells voulait acheter la chute de Tomas Tomasson, un agriculteur qui possédait Gullfoss à cette époque. Thomas a refusé l’offre mais il lui a loué. La fille du fermier, Sigríður Tómasdóttir a cherché à annuler le contrat de location. Utilisant sa propre économie, elle a engagé un avocat à Reykjavik pour défendre le cas. Le procès a duré des années et Sigríður est allé plusieurs fois à Reykjavik pour donner suite à son cas. Celle-ci a même menacé de se jeter dans la chute d’eau si la construction avait lieu. Ses tentatives ont échoué en cours, mais le contrat a été annulé avant que les dommages soit fait en raison de l’absence de paiements de la taxe de location. Elle à été l’une des premières écologistes de l’Islande. En 1940, le fils adoptif de Sigríður acquis la cascade et elle a été survendue à l’état de l’Irlande. Gullfoss et ses environs a été désignée comme réserve naturelle en 1979 pour protéger la permanence cascade et permettre au public de profiter de cette région unique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après 45 bonnes minutes de visite, on est revenus sur nos pas pour voir les environs de Geysir.

Geysir

Lors de la visite, nous avons observé les plus grands geysers de Haukadalur : Strokkur et Geysir. Pour rendre cela simple, un geyser est une source d’eau chaude qui jaillit par intermittence en projetant de l’eau et de la vapeur à haute température et à haute pression. Le nom Geysir lui-même est dérivé du verbe islandais (vieux norrois) gjósa qui signifie « jaillir ». Les éruptions chez Geysir peuvent projeter de l’eau bouillante jusqu’à 70 mètres dans les airs. Il semblerait, selon les recherches, que Geysir a été actif pendant environ 10 000 ans. Les comptes les plus anciens de sources chaudes à Haukadalur remontent à 1294, quand les tremblements de terre dans la région ont causé des changements significatifs dans le paysage voisin, créant plusieurs nouvelles sources chaudes. Les éruptions de Geysir peuvent être rares. Il se trouve dans la vallée de Haukadalur dans les collines de Laugarfjall. À 50 mètres au sud, on retrouve aussi Strokkur. Strokkur, en islandais « churn », est non loin de la rivière Hvítá. Il est aussi l’un des geysers les plus célèbres d’Islande dont son éruption se fait une fois toutes les 6 à 10 minutes. Les éruptions de Strokkur peuvent projeter de l’eau bouillante entre 15 et 20 m. Suite à un tremblement de terre en 1789, le conduit du geyser a été débloqué. Son activité a fluctué tout au long du 19ème siècle jusqu’au tournant du 20ème siècle alors qu’un autre tremblement de terre ait bloqué le conduit. En 1963, sur les conseils du Comité Geysir, les habitants ont nettoyé le conduit bloqué à travers le fond du bassin, et le geyser est régulièrement en éruption depuis.

Avant de visiter l’attraction bondée de gens, j’ai décidé de me prendre une petite soupe Kjötsúpa au casse-croute. C’était délicieux !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le ventre plein, j’étais prête à affronter les geysers. J’ai marché sur un sentier bien aménagé ou il faillait se faufiler entre les gens pour avancer. J’y aie pris quelques clichés et finalement attendu le bon moment pour voir Strokkur.

 

L’endroit était magnifique et ce, même si on ne compte pas les nombreux visiteurs, le smogg causé par l’ébullition de l’eau et une petite odeur de soufre au nez. Une place à visiter autant en hiver qu’en été ! On a repris la route après 1h20 de visite à Geysir. L’autobus a traversé des plaines habitant quelques montagnes pour finalement se rendre au Parc National Þingvellir qui fut notre dernier arrêt.

Cet endroit est un site d’importance historique, culturelle et géologique et est l’une des destinations touristiques les plus populaires en Islande. Le Parc National de Þingvellir est le comté national de tous les Islandais. Il se trouve dans la ceinture de l’activité volcanique et des fissures qui traversent l’Islande, une partie de l’arête du milieu de l’Atlantique, la jonction des plaques tectoniques américaines et eurasiennes. Le nom de Þingvellir est dérivé du vieux norrois Þingvǫllr, dont Þing veut dire  » Parlement » et vǫllr  »Plaines ». Cela veut donc dire les Plaines du Parlement. Le site tire son nom du Alþingi (Parlement), le parlement national de l’Islande, qui a été fondée à Þingvellir en 930 et a tenu ses sessions là jusqu’à 1798.

En se rendant sur le site, j’ai cru apercevoir un chute dans la faille, j’avais le goût d’explorer la place. Lorsque l’autobus s’est arrêté… je voyais la guide amener le groupe à l’opposé. J’ai quitté la gang en sourdine et pris le chemin opposé à la recherche de la chute. Je ne regrette aucunement mon choix et c’est mon coup de cœur de la journée … j’ai repris le chemin du retour et rejoins le groupe ni vu ni connu… je dois dire que cette faille est immense et indescriptible. Montagnes entourant des plaines… wow ! Je serais resté encore plus longtemps si j’en avais le temps…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le trajet du retour s’est bien déroulé. 17h30, j’étais à mon Hostel. Je me suis changé et me suis offert une soirée inoubliable !

Alors que je me demandais quoi faire, mes connaissances sur Facebook M’ONT FORCÉ à découvrir les mets typiques Islandais. Je me suis dirigé au Íslenski barinn en plein centre-ville. J’ai alors essayé le Hákarl avec du BrennivinLe Hákarl est un composé du requin du Groenland qui à été fermenté, suspendu et séché de 4 à 5 mois. Hummm vous allez me dire … mais en fait, si on se pince le nez bien comme il faut (odeur riche en ammoniaque et goût prononcé de poisson), le requin n’est pas du tout mauvais. Le requin était accompagné de poisson séché (dry fish) et de beurre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Même si le serveur me regardait sans cesse à savoir si j’aimais ou non, je trouvais le met relativement délicieux. J’ai pris le met en entrée. Cela ne vaudrait pas la peine en repas et ne serait pas trop consistant. Le repas était accompagné de Brennivin. Ok déjà que j’aime pas le fort, la c’était quelque chose ! My god ! Brennivin, 2 bières et j’étais au pays des licornes en pleine rues de Reykjavík ! Jamais je n’oublierais cette soirée… même si elle m’à coûté 3 jours de budget de vacances !! Finalement, je suis retournée à l’Hostel bien joyeuse ou j’ai pris une bonne douche et fait le point de ma journée.

Pour mon jour 4, j’avais prévu faire du snowboard à Blájföll. Étant donné qu’il fait plus chaud qu’au Québec (pas baveuse du tout) et qu’il n’y a pas de neige, je vais donc visiter des musées à Reykjavik. Je n’ai pas d’alarme, je me lève à l’heure qu’il faut et on se donne rendez-vous demain.

20170110_181930

PS : c’est ça que ça donne du Brennivin….

 

Jour 4 : Visite des Musées à Reykjavík 

Publicités