Jour 6 – 31 Mars 2015

Le réveil s’est fait à 07:00 ! J’étais très matinale cette journée la. Préparant mon sac en ce début de journée ensoleillée, je savais que celle-ci serait dans mes plus belles. En effet, elle se classe en troisième position. Elle restera gravée dans ma mémoire pour très longtemps.

J’ai quitté le beau village de Kinsale pour me rendre rapidement à Old Head of Kinsale. Ayant une petite pensée nostalgique pour ce village, je sais que si je reviens en Irlande, je resterais à Kinsale pour minimum deux jours. Prenant la route du Wild Atlantic Way, j’ai décidé de faire ce parcours qui au départ, n’était pas dans mes plans.

 

Le Wild Atlantic Way est une route côtière de 2600 km et est l’une des plus longue route côtière définie dans le monde. Elle  serpente tout le long de la côte ouest Irlandaise commençant (ou terminant) de la péninsule d’Inishowen dans le nord jusqu’à la ville pittoresque de Kinsale dans le comté de Cork au sud. J’ai donc fait ce trajet à l’envers et je n’ai aucunement regretté si bien que je recommande aux gens de faire de même. Cet itinéraire nous dévoile les merveilles de la nature, la puissance de l’océan et la magnifique campagne dans toute sa diversité. Non seulement on se retrouve en pleine nature campagnarde mais on traverse aussi de charmants petits villages nichés le long de la côte. Routes sinueuses au menu, derrière chaque virage sur cette route nous offre de magnifiques panoramas. 

J’ai donc fait quelques kilomètres en direction Sud en bordure de l’Océan Atlantique, ou j’ai aboutis à Old Head of Kinsale. Pensant pouvoir marcher dans les environs, je n’ai pu que prendre quelques photos de l’endroit car Old Head a été acheté par un Club de Golf et l’accès y est bloqué. Mais que dire ce cette vue avec un soleil plombant et du vent à n’en plus finir !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai roulé et roulé traversant nombreux petits villages aux maisons colorées. C’était spécial à voir.  J’ai trouvé que la région du Sud de l’Irlande est bien différente que celle des environs de Dublin et Cork (Est de l’Irlande).  Vers les environs de 09h30, j’ai dégourdis mes jambes et mangé un petit déjeuner à Clonakilty.

Clonakilty (en irlandais Cloich na Coillte) est située sur la côte sud de l’Irlande, et est entourée par une campagne vallonnée qui est dévouée à la production agricole. La ville est très chaleureuse avec ses boutiques et ses restaurants aux façades colorées. J’ai stationné ma voiture sans savoir ou j’étais réellement et j’ai marché sur la rue principale à la recherche d’un restaurant. Je suis arrêté à un Bed & Breakfast. En fait, il n’avait pas grand chose d’ouvert encore à cette heure là. Il était déjà 10h00 et j’ai alors pris le petit déjeuner irlandais que l’on appel le Full Irish Breakfast. Une première ! Ce déjeuner est généralement constitué de tranches de pain, de fèves au lards (des beans), d’un morceau de viande ressemblant à du jambon, de bacon frit, d’un œuf, d’une tranche de boudin noir (black pudding) et de boudin blanc (white pudding), et d’une galette de pomme de terre.

Le verdict, très bon !  N’étant pas fan de beans, j’ai quand même réussis à en manger pour la première fois. J’espérais que personne ne m’observe à essayer de mélanger des beans avec de la viande, du pain, l’œuf et tout ce qui pouvait m’empêcher de manger des beans tout seul. En fait, j’ai bien aimé la viande ressemblant à du jambon. La viande avait un goût plutôt salé et se mélangeait bien avec le reste. Pour ce qui est de la spécialité du Village de Clonakilty, à la première vue, le black pudding et le white pudding ne semble pas très alléchant.  Mais… après y avoir goutté, j’ai quand même trouvé cela …. bizarre. Ok Ok, je n’ai pas mangé les deux au complet mais j’ai quand même pris quelques bouchées !

De manière générale, le boudin noir irlandais, est constitué de viande, de sang, de graisse de rognons (rein d’animal…eurrrrk!), de patate douce, d’orge, de farine d’avoine, et de pain. Bien que les irlandais l’apprécie pour son goût parfumé et légèrement salé, le black pudding (ou le white pudding) est généralement servis chaud en complément du petit déjeuner. Ce qu’il faut savoir c’est que le black pudding est essentiellement produit dans la petite ville de Clonakilty. Celle-ci possède en effet une réputation d’excellence en matière de réalisation de boudin et ce met s’exporte dans le monde entier.

Après, ce petit déjeuner, j’ai repris la route pour visiter le site de Drombeg Stone Circle au village de Rosscarbery. En fait, au départ, j’ai voulu faire une chasse aux trésor et voir tout les Stone Circle et vestiges des environs de Rosscarbery. Il y en avait 12 au total si je me souviens bien, mais après avoir tourné en rond pendant 40 minutes et n’avoir vu aucun d’entre eux, j’ai finalement décidé d’abandonner et d’aller voir que le plus populaire, le site de Drombeg Stone Circle.  Le mot Drombeg signifie la petite crête.

 

L’Autel du Druide, est un cromlech ( monument mégalithique préhistorique) circulaire doté de larges pierre.  Le cercle en pierre consiste en dix-sept pierres, serrées le long d’un cercle de 9 mètres de diamètre. Je n’ai compté que treize de ces mégalithes. Semble t-il que cela est en lien avec le coucher du soleil de solstice d’hiver. Marchant dans les environs, j’ai trouvé des ruines de deux huttes préhistoriques rondes en pierre. C’est d’ailleurs la que l’on peut observer une cuisine préhistorique dans lequel l’eau a été bouillie en laissant tomber pierres brûlantes en elle. Ce que les les panneau d’information nous  dise est que le site a été fouillé et restauré en 1958. C’est d’ailleurs au centre du cercle, qu’un pot à été retrouvé. Celui-ci contenait les restes incinérés d’un jeune adolescent enveloppé dans des vêtements épais. Les échantillons prélevés sur le site suggère qu’il aurait été actif entre -945 et – 830 av. J-C. Pas mal impressionnant tout ça ! 

Continuant ainsi sur la Wild Atlantic Way, j’ai vraiment pris le temps de contempler les vues magnifiques des environs. J’ai aboutis à la Péninsule de Mizen Head, le point le plus septentrional (Sud-Ouest) de l’Irlande. Au moment ou je stationne mon véhicule et ouvre la porte pour me diriger à l’attraction, un coup de vent à presque arraché la porte. C’était hallucinant comment il y avait de nombreuses rafales de vents. D’ailleurs, comble de malheur, le site de Mizen Head était fermé car il y avait trop de vents. J’ai donc rebroussé chemin un peu déçue de tout cela.  Je suis donc arrivé dans la partie Ouest de l’Irlande. C’est la que les meilleurs moments de la journée sont arrivés. Que dire des paysages à couper le souffle, des montagnes aux couleurs jamais vues, des falaises plongeant dans l’Océan Atlantic et des routes étroites ou l’on doit se garer en bordure de route pour faire passer les voitures en sens inverse. C’était ça la Péninsule de Beara. Je ne regrette aucunement mon choix pris au hasard dans mon Lonely Planet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ayant fait le circuit de 195 km de long, j’ai profité de l’endroit riche en paysage. Traversée par 2 gigantesques chaînes de montagne (Caha Mountains et les Slieve Miskish Mountains), j’ai commencé la péninsule à Bantry et terminé le tout à Kenmare.

La péninsule de Beara est un lieu marqué par la culture gaélique, ainsi que par ses quelques vestiges, forts et ruines qui ponctuent l’ensemble du circuit.  D’ailleurs elle fut autrefois un lieu d’extraction de cuivre au début des années 30. 

La route (R572) pour se rendre à Castletownhere, nous en fait voir de toute les couleurs sur la Baie de Bantrim . La vue est splendide et les paysages et des couleurs de l’eau et des montagnes (Caha Mountains) sont à couper le souffle.  D’ailleurs, c’est à ce moment ci que je me suis questionné à savoir si les montagnes n’étaient pas celles des films Le Seigneurs des Anneaux ou celles de la Série Game Of Thrones. Il y avait tellement de déjà vu !

Continuant la R572, j’ai finalement aboutis à la limite pour me rendre à Dursey Island, une petite île accessible par un téléphérique payant. Cela n’a coûté que 4€.

L’île de Dursey fait 6,5km de long et  1,5km de large. Ce qui est fort bien intéressant est que le téléphérique qui relie l’Irlande et Dursey Island est le seul de ce genre en Europe. La vue de celui-ci est impressionnante et apporte son lot de sensations fortes surtout dans les journées venteuses. Sur l’île, il n’y a aucun magasin, Pub et restaurant. Dursey Island peut se faire entièrement à pied. Il existe un circuit en boucle de 11km qui permet à tous de faire le tour de l’île.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Continuant ma route, j’ai passé sur de nombreuses routes sinueuses longeant les Slieve Miskish Mountains et l’océan Atlantic. C’était paradisiaque et il n’y avait aucune voiture autour, j’étais seule. Je me suis donc rendue non loin du village de Ardgroom ou la route ma fait voir de magnifiques couleurs et ou j’ai posé  mes pieds sur une plage de sable clair. C’était tout simplement magnifique !

J’ai donc suivis la route jusqu’à Lauragh et pris le chemin de Healy Pass pour me rendre à Adrigole. Cette petite route étroite serpente sur 11 km et permet d’atteindre un point culminant à environs 334 mètres de haut. Au départ, j’ai pu admirer la vue qui est tout simplement magnifique. Offrant un panorama somptueux sur le Glanmore Lake, j’ai pu traverser cette vallée parsemée de murs de pierres abandonnées entourés de montages.

 

J’étais heureuse de me retrouver dans cette région. Mon événement marquant était d’être seule sur la route, serpentant les boucles en épingles à base vitesse et en croisant quelques moutons sur le passage. J’ai d’ailleurs filmé le tout pour me remémorer de cette belle aventure.  Ceci termine mon aventure dans la péninsule de Beara sur la Wild Atlantic Way ou ses marées,  ses tempêtes de vents et ses majestueuses montagnes m’ont profondément fait tomber en amour avec la région.

Le temps filait et déjà 19:00 je n’était revenus qu’au point de départ au village de Glengarriff.  Le temps commençait à s’ennuager et j’ai donc pensé à me rendre directement à Killarney pour dormir au Railway Hostel. Je n’ai pas fait d’arrêt car le lendemain, je prendrais le temps pour voir les environs (tout en croisant les doigts pour avoir une autre belle journée). La journée s’est terminée alors que je suis arrivé au Railway Hostel dans la ville de Killarney à 21h.

Le Railway Hostel est situé tout près de la gare de train et du Centre-Commercial.  En fait, cette auberge est cachée derrière des bâtisses et commerce, ce qui fait qu’il est difficile de trouver l’endroit car rien n’est indiqué. Il y a une petite rue dont on ne voit pas d’indications ou l’on doit tourner et ou l’on arrive directement à l’entrée de la place. Il y a quelques stationnement mais il faut sans doute arriver tôt. Lors de mon arrivé il y avait rien. J’ai donc opté pour stationner mon véhicule dans le stationnement du centre commercial (mais attention, le stationnement est barré toute la nuit jusqu’à 9h le lendemain matin, donc il est impossible de quitter avant). L’endroit est situé dans un endroit quand même tranquille et il faut marcher quelques minutes pour aller au centre-ville ou les bars et pubs font fureur jusqu’aux petites heures du matin.

 Lorsque l’on rentre on est accueillis par l’employé à l’accueil qui vérifie la réservation avec notre pièce d’identité. Il y avait un bon service malgré que je sentais une certaine impatience de la personne. Celle-ci nous donne une une carte magnétique, qui ouvre la porte de la chambre. L’endroit était calme lors de mon arrivée. La cuisine est belle et il est possible d’y manger dans une petite salle aux côtés. Le petit déjeuner est offert dès 07h30 et pain, confitures et céréales sont au menu.   

J’ai donc eue la Oyster Room (chaque chambre avait un nom drôle). C’était une chambre mixte de 6 lits à deux étages. Lorsque j’y suis arrivé, il n’y avait qu’un seul lit de disponible. Étant au 2e étage, cela était difficile d’y monter car il n’y avait aucune échelle. J’ai donc préparer mon sac du lendemain, fait mon itinéraire rapidement sur mon lit. Les douches et toilettes sont mixtes et  sont séparées de la chambre, il faut donc sortir dans le corridor pour s’y rendre (et surtout ne pas oublier la carte magnétique). Il y avait beaucoup de gens de tous âge mais plus jeune que moi. La nuit n’a pas été tant reposante car certains ronflaient. J’ai quand même apprécié mon séjour d’une nuit et recommande à ceux qui désirent visiter la ville de party de Killarney pour quelques jours le tout avec un petit budget.

 

Avant de me coucher, j’avais une rage de faim. J’ai déambulé dans les rues du Killarney à la recherche d’un petit restaurant d’ouvert. Je ne pouvais pas résister à la tentation de manger un sandwich rapido presto et d’aller prendre une bonne bière dans l’un des pubs animés de la ville. J’ai d’ailleurs adoré entendre (de l’extérieur) nombreux chanteurs de pubs et bands jouer de la musique traditionnelle live… C’était toute une ambiance. Si vous désirez partir en Irlande, vous devez passer à Killarney !

Pour lire la suite : Voyage en Irlande Jour 7 – Killarney & Ring of Kerry

Publicités