Jour 3 – 28 Mars 2015

Après une bonne nuit de sommeil (sarcasme), je me suis réveillée aux petites heures du matin pour visiter les rues de Dublin. En fait, je me suis couchée très tôt la journée d’avant avec le vol Montréal-Amsterdam-Dublin mais toute la nuit je me suis faite réveiller par les jeunes filles de la chambre revenant des bars et pubs. Je me sens vieille mais cela ne saura tarder avant d’avoir l’énergie nécessaire pour aller dans les pubs … hihi !

Ce matin, j’ai parcourus les rues du Quartier afin de m’imprégner la culture Dublinoise malgré le temps maussade (il faut bien s’y habituer quoi…). Je commence peu à peu à comprendre le système des traversées de rues à l’envers…. Pèse sur le bouton de traversée, attend un peu, Droite, Gauche, Droite, Couuuuuurs !!!! Malgré qu’il était encore tôt pour visiter les attractions, j’ai quand même pu observer les gens allant au travail se cherchant un café au dépanneur, attendant l’autobus ou se rendant tout simplement à leur destination en vélo (non mais ils sont fous, déjà qu’à pied j’ai peur pour ma vie !)

Je me suis dirigé vers l’Ouest de la ville pour visiter en premier lieu Kilmainham Gaol. Kilmainham Gaol est situé à 20-25 minutes de marche de l’auberge jeunesse (si on ne se perds pas en chemin ou que l’on ne s’arrête pas pour prendre autant de photo). Cela permet en fait de voir différents quartiers non loin du Centre-Ville et de prendre mes toute premières photo d’arc-en-ciel (je vous le dit, il n’y a que cela).

Kilmainham Gaol est une ancienne prison, construite entre 1792 et 1795, qui à joué un rôle important au niveau de la résistance au pouvoir Britanique. L’entrée ne m’a coûté que 4€.  J’ai eue l’occasion de visiter le musée fort bien intéressant en histoire et récits d’anciens prisonniers, prisonnières et d’enfants qui ont été incarcérés au cours du 18e, 19e et 20e siècle. J’ai d’ailleurs assisté à la première visite guidée (en anglais) dans la prison mais malheureusement l’aile Est était fermée cause de rénovations. Semble t-il que cette aile est spectaculaire avec ses 96 cellules, qui incarne la croyance victorienne selon laquelle l’architecture des prison était essentielle pour corriger la conduite des détenus. Le Guide est professionnel et décrit très bien les conditions et les difficultés rencontrées dans cette prison. La visite dure entre 1 heure et 2 heures. La visite se fait dans les cellules et à l’extérieur dans les cours d’exercices pour les prisonniers et aussi dans la cours d’exécutions ou nombreux leaders du nationalisme irlandais furent emprisonnés et exécutés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Retournant sur mon chemin, j’ai alors fait la plus belle expérience de la journée (vraiment) en visitant le Disneyland des amateurs de bière, La Guiness Store House. Ok ok, je l’avoue, je ne suis pas amatrice de bière… Mais je crois que cette expérience à permis entre autre d’en apprendre beaucoup sur ce produit d’exportation irlandais qui est en fait le symbole de la ville. En fait, pour tout vous dire, depuis cette expérience j’aime la bière et principalement les brunes foncées.

Ayant acheté mon billet via internet le soir d’avant, j’ai eue un 10% et un accès plus rapide le matin même. Le prix est très abordable si on se fit à tout ce qu’on à fait à l’intérieur. C’est une expérience  et non un musée bien traditionnel ! J’ai pris un guide audio en français gratuit et débuté la visite au premier étage.

L’Atrium est en fait au cœur du bâtiment. Au sol, on retrouve, derrière une couche de verre, le bail de 9000 ans acquis par le fondateur Arthur Guinness et signé à la brasserie de la St. Jame’s Gate à Dublin. Ce bail marque le début de l’aventure Guinness.

La deuxième partie de la visite débute pas les ingrédients et l’art du brassage. La Guinness est en fait bière brune composée de quatre ingrédients (l’eau, l’orge, le houblon et la levure). Dans cette salle, on y retrouve les ingrédients et l’informations sur les produits d’importation ou d’exportation de ce produit. Après cela, on monte des escaliers ou l’on peut observer des Maîtres brasseurs (sur écran tv) tels que, Fergal Murray, qui nous explique le  processus du brassage dans la plus pure tradition, tout en ayant recours aux technologies modernes. 

La troisième partie consiste à la tonnellerie et au transport. J’ai particulièrement adoré cette partie de la visite. Surtout sur la confection des tonneaux. En fait, les tonneliers étaient des artisans les plus hautement qualifiés de tous. On y voit aussi un film montrant un maître tonnelier, qui explique l’art de la fabrication des tonneaux de bois pour transporter la bière. Dans une autres section, on découvre les modes de transport de la bière Guinness de la St James’s Gate, à cheval, en train, en bateau ou par la route. Faut savoir que cette bière est exportée dans plus de 150 pays !

Vient ensuite ou l’on monte des escaliers roulant et on se dirige à la dégustation de la Guinness. Il faut normalement faire la file quelques minutes avant d’entrer dans une salle complètement blanche avec des arômes de toute sorte qui émanaient de 4 cylindre blanc en plein centre de la salle. Je dois avouer cela est très spécial. Une guide nous informe alors que nous sommes dans une salle expérimentale pour la dégustation de cette fameuse bière. Elle explique les arômes de chacun des cylindres que l’on retrouve dans la Guinness même. Une fois que tous aient eu leur  »shooter » de Guiness, nous nous sommes rendus dans la salle de dégustation ou il y avait peu de luminosité. L’endroit est très bien décoré de peinture du créateur de la bière. Une autre Guide nous accueille et débute son explication sur la façon de déguster et boire une Guinness pour ainsi en ressortir les arômes et le goût particulier de celle-ci …. Je dois dire que pour une fille qui n’aimait pas la bière, j’ai compris rapidement comment apprivoiser les goûts.

On passe ensuite par l’histoire de la publicité de cette bière qui à débuté alors que  le créateur à visité un Zoo. On retrouve les icônes populaires de la Guinness tels que le toucan, le lion des mer, l’autruche et encore. Cela était fort bien intéressant !  Continuant ainsi la visite (oh non, ce n’est pas fini) j’ai appris les 6 étapes nécessaires au service d’une pinte de Guiness PARFAITE à la Guinness Academy. 

J’ai finalement reçus mon Certificat de conception parfaite d’une Guiness YAY ! J’ai par la suite dégusté cette fameuse pinte parfaite versée de mes propres mains et de mon art si parfait ! Comme ils disent en gaélique pour trinquer, « Sláinte » ! Tout simplement délicieux. L’avant dernier étage était consacré au restaurants ou bars offrant différents plats ou l’on incorpore la bière. D’ailleurs, c’est la que j’ai mangé le ragoût de bœuf et à la Guinness.

Je dois dire que ce repas était vraiment bon même sil’image ne semble pas le démontrer autant. Bons morceaux de bœuf, légumes, sauce savoureuse et patates pilées avec un soupçons d’épices sur le dessus…. Le ventre plein, ma visite valait son pesant d’or. Pour couronner le tout, je me suis rendu au dernier étage au Gravity Bar ou l’on peut observer la vue panoramique à 360° de la ville de Dublin. Malheureusement, il y avait trop de monde, s’en était étouffant ! Je suis partie rapidement de cette place en terminant la visite après 2 bonnes heures ! C’est un endroit que je recommande fortement.

Continuant de marcher dans les rues de Dublin, je me suis arrêté à Dublinia, un petit musé nous faisant transporter dans le monde des vikings et l’époque médiévale. C’était fort bien intéressant car il y avait de l’animation, des mannequins nous faisant imaginer le monde d’autrefois le tout dans une ambiance très familiale. Il y a trois expositions dans ce musée où l’on peut en savoir plus sur les citoyens de Dublin à travers les époques.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

L’exposition des Vikings de Dublin

Cette partie nous met en contexte et nous fait retourner dans le passé à l’époque des Vikings ! On apprend notamment ce qu’était la vie à bord d’un navire de guerre Viking, les conquêtes faites par ce peuple cherchant de nouvelles terres habitables, leurs armes et aussi les compétences requises pour être un guerrier Viking.  On visite d’ailleurs une maison typique Viking, apprends l’alphabet runique viking et entends certaines poésies et sagas. 

L’exposition Médiévale

Cette deuxième partie nous fait un retour dans le monde médiéval en créant des images, des scènes, des sons et même des odeurs de la ville de Dublin.  On en apprends beaucoup sur les temps de guerre, sur les châtiments apportés aux criminels, les décès et maladies du temps et des jeux médiévaux que l’on retrouve dans la mise en scène d’une foire animée.  

L’exposition des archéologues

La troisième partie expliquait comment les chercheurs d’histoire on fait pour creuser et découvrir le passé de Dublin ! Malheureusement, on ne peut prendre de photo lors de cette partie. On apprend entre autre comment l’archéologie, l’histoire et la science font pour reconstituer les modes de vie de nos ancêtres. On y observe des objets médiévaux authentiques, un squelette médiéval, d’anciennes cartes de la ville. 

 

La tour St-Michael’s

À la fin du XVIIe siècle, la tour d’observation de Dublinia appartenait à l’église de St Michel Archange, qui se trouvait (dans le temps) sur le site actuellement occupé par Dublinia. Cette tour médiévale a 96 marches menant à une vue panoramique de Dublin. 

Pour ne pas manquer de temps, j’ai tout de suite entamé la visite d’une des attractions principale de la ville avant sa fermeture. Il s’agit du Collège Trinity. La prestigieuse université irlandaise offre des ensembles architecturaux et paysagers de style victorien. Cette bâtisse fut fondée en 1592 par la Reine d’Angleterre Elisabeth 1ère. L’université resta protestante jusqu’en 1793 car autrefois la reine ne voulait pas que la jeunesse Dublinoise soit influencée par le catholicisme.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’endroit est immense et comporte plusieurs endroits à visiter. Je me suis attardé à la Old Library dont le cœur est la magnifique Long Room, une salle longue de 65 m ayant près de 250 000 des plus vieux livres et manuscrits de la bibliothèque. Celle-ci est l’une des plus importante bibliothèques de recherche du monde entier car elle comprend la plus grande collection de manuscrits et de livres imprimés en Irlande. 

J’ai donc fait la file quelques minutes pour ainsi admirer de mes propres yeux deux pages du Book of Kells, un des plus célèbre ouvrages au monde réalisé par des moines d’Iona vers l’an 800. Le livre fût envoyé à Dublin vers 1653.

Après cette visite, je suis retourné à l’auberge reposer mes pieds endoloris par la marche de la journée.  Je suis ressortie une heure plus tard et terminé ma soirée passant sur Lower & Upper O’Connell Street, allant sur Henry Street me faisant penser à un mélange de la rue Ste Catherine et du Vieux Port de Montréal. J’ai ensuite marché sur le Ha’Penny Bridge tout en admirant les Bars dans le secteur du Temple Bar ou j’ai pu savourer une bonne Kilkenny et pu observer les nombreux adeptes de pubs irlandais au Quay’s Irish Pub. Étant pas très fan de bière, je me devait d’en prendre une quand même. Je crois en avoir pris plus en une journée qu’en une année hihihi.

Ayant peu dormi les deux derniers jours, je suis retourné à l’auberge afin de planifier mon départ pour la campagne… Cette longue journée forte intéressante en histoire termine mon aventure à Dublin.

La Suite … Voyage en Irlande – Jour 4 – Glendalough National Park, La citée Monastique de Glendalough

Publicités