La fin de semaine dernière, j’ai eue l’occasion rêvée de faire de la randonnée et du camping dans le parc Adirondacks State Park, dans l’état de New York. Chaque année, mon frère est en visite à Montréal. Il vient voir la famille et bien entendu, il vient y faire de la randonnée. Il a, tout comme moi, but de faire les plus hautes montagnes de chaque états américain, provinces canadienne et district régionaux ayant plus de 1000m d’altitude. D’ailleurs, l’année passée nous avons fait ensemble Mégantic, Victoria et Saint-Joseph puis l’acropole des Draveurs au Québec. Cette année, nous nous sommes attaqués aux Adirondacks.

Au début, nous avons comme but de faire plusieurs montagnes en quelques jours. Après avoir analyser le tout, nous avons convenus qu’il serait préférable d’en faire moins pour passer plus de temps sur les montagnes pour observer le paysage. Nous avions aussi un sac à dos bien chargé aussi. Cela aussi me donnera l’occasion d’y retourner bien entendu !

 

26 Septembre 2014

05 am on se lève et termine nos préparatifs. On quitte Montréal vers les 06h30 en direction des Adirondacks. Quelques heures plus tard, on arrive enfin à l’Adirondacks Loj ou le stationnement est presque plein !!!  Oufff intense ! Il faisait très beau ce matin là mais on voyait que le mont Algonquin au loin était couvert d’un petit nuage. Nous avons donc payé nos droits d’accès de 10$US et avons fait notre enregistrement à l’accueil. Après avoir installé nos sacs de nourriture dans le  »Bear Can » et l’avoir mis dans mon sac à dos, nous sommes partis à l’aventure des Monts Wright, Algonquin, Boundary, Iroquois avant de camper tout près du Lake Colden.

10h30 nous étions prêt pour faire l’acencion de ses montagnes. Nous avons commencé par le sentier Van Hoevengerb Trail qui est situé au fond du stationnement de l’Adirondacks Loj. Nous avons ensuite tourné sur le sentier Algonquin Trail. Le sentier est très facile d’accès dans les débuts et nous avons croisé nombreuses personnes entre temps. On passe tranquillement d’un sentier de terre à un sentier avec beaucoup de roches qui nous fait travailler le cardio. On passe devant un mini sentier menant à un emplacement pour camper, on passe devant une immense chute d’eau et finalement, après ses 5km, on arrive à l’intersection du Sentier Wright Peak Spur Trail. Nous avons fait près de 650 mètres de plus pour atteindre le sommet. La végétation change tranquillement en milieu alpin et le sentier est principalement fait de cap rocheux. C’était très exigeant avec nos 30-40 lbs sur le dos mais la vue était sublime !

Wright Peak fait partie des 46ers et est la 16e plus hautes montagnes de l’Adirondacks State Park avec 1396m d’altitude. On gagne environs 730 mètres en altitude en 11,3 km. Cette montagne est située plus au nord de la MacIntyre Range et est le prolongement du Mont Algonquin.  La montagne est connue pour être l’un des sommets les plus venteux dans le parc à cause des relief des montagnes avoisinantes. C’était bien vrai ! Arrivé au sommet, nous avons mis nos manteau et avons contemplé la vue pendant quelques temps. En faisant quelques recherches, j’ai découvert qu’en Janvier 1962, un bombardier B-47 s’est écrasé sur la montagne tuant les quatre membres d’équipage à cause du mauvais temps. on peut y retrouver quelques morceaux de l’épave ainsi qu’une plaque à proximité du site. C’était vraiment magnifique comme endroit. On pouvait observer plusieurs montagnes de la région. Le temps était parfait malgré le vent …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après être restée 30 minutes au sommet à manger notre dîner tout en contemplant la vue 360 degré, nous avons repris le sentier Algonquin Trail, pour continuer notre aventure. Grimpant nombreux rochers, le cardio se faisait aller ! Plusieurs personnes retournaient au stationnement de l’Adirondacks Loj. Il nous a suffit que 45 minutes pour arriver au sommet d’Algonquin avec le souffle manquant.  Le Mont Algonquin est le deuxième plus haut sommet des Adirondacks avec 1559 mètres. Algonquin est très populaire auprès des randonneurs qui souhaitent faire une randonnée défi d’une journée (environs 6 à 9 heures). J’ai d’ailleurs trouvé l’acencion exigeante malgré tout car certains moments on pouvait grimper les roches abruptes appelées «slide». Avec le Sac à dos, c’était vraiment fou … mon frère riait plus souvent de moi que d’autre chose… et voyez pourquoi…

La vue était tout simplement magnifique ! D’ailleurs j’ai remarqué qu’il y avait moins de vent qu’à Wright Peak et que le soleil était très chaud. Nous avons pris quelques minutes pour enlever nos bottes, prendre des photos, grignoter des barres énergiques. Le temps filait rapidement et il nous restait deux montagnes à grimper avant de prendre Boundary Trail pour se rendre à Colden Lake. Une photo de mon frère et moi au sommet et Hop, nous avons continué notre chemin !

Boundary Peak ne se retrouve pas dans la liste des 46ers. Elle n’est pas une montagne officielle vu qu’elle est trop près et située entre deux sommets plus imposants. Le Sentier pour s’y rendre est plutôt facile et étroit.  Le sommet est dénudé offre un magnifique panorama des monts Algonquin, Marcy, Colden et Iroquois. En gros, il n’y a que 800 mètres qui séparent le sommet de Boundary de Iroquois. Il est très facile d’atteindre le sommet en quelques minutes.

Après le sommet de Boundary, nous avons opté pour enlever nos sac à dos afin de gagner du temps pour rattraper le sommet Iroquois. Il commençait à se faire tard. 10 minutes plus tard, nous étions au sommet de Iroquois. Le Mont Iroquois est la 8e plus haute montagne des Adirondacks avec ses 1475 mètres. Nous étions seuls sur la montagne et à vrai dire, le sommet n’est pas très fréquenté des randonneurs car il est caché derrière le Mont Algonquin. Au sommet, c’est l’endroit idéal pour admirer les montagnes de la région. Bref, rapidement, nous avons fait le chemin du retour en 20 minutes pour rapidement se rendre au Lac Colden.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Il était déjà 17h00 lorsque nous avons terminé de faire Wright, Algonquin, Boundary et Iroquois Peak, on a alors emprunté le Sentier situé au Sud-Est, Boundary Trail. Bon, comme finale, je n’ai pas tant apprécié les derniers moments de cette trail qui se rends directement au Lake Colden. Le sentier est d’environs 3,4 km et est dangereux à cause des roches que l’on doit descendre assez abruptement.  Il n’y avait rien d’autre que des chutes verticales, composées de parois rocheuses et de rochers. Chaque pas était dur sur les articulations de mes genoux. Deux mois auparavant, je me suis foulée la cheville, cela ne m’a pas aidé. Après plusieurs arrêts forcés, je devais reposer mes jambes qui tremblaient de plus en plus. Le chemin nous à pris 3 heures au total. Épuisée de ma journée, je ne souriait plus, j’étais tannée et j’avais mauvaise mine. On peut voir un peu de quoi j’avais l’air (au milieu de la trail)…

Bref, à 19h00 le soleil était couché, nous avons sortis nos lampes frontales et à 19h45 nous étions rendu au premier campement. Nous étions en fait, dans un emplacement non loin du Lake Colden Outpost. Nous avons installé nos tentes dans la noirceur, fait nos provisions d’eau et fait le souper. J’ai mangé un bon petit Pad Thai (repas déshydraté) tout en savourant un bon thé. J’étais énormément fatiguée. Peu de temps après nous étions dans nos sacs de couchage et cela ne m’a pas pris de temps pour m’endormir. Nous n’étions pas les seuls à camper dans cet endroit. Ce fût une journée bien intéressante et très éprouvante vers la toute fin. Débutant à 10h30 et terminant le tout à 19h45, avec 30-40lbs sur le dos, 9h30 nous à suffit pour compléter cette première partie de randonnée.

Demain, nous en feront autant mais plus léger…. À suivre ….

Publicités