18 Août 2014

Enfin les vacances ! Déjà prête pour passer deux semaines seules en pleine nature avec une soif de découverte du Québec. Il y a de cela un an, jour pour jour, j’avais accomplis mon premier Voyage Packsac dans l’Ouest Canadien. C’était l’un de mes plus beau voyage à vie et je désirais plus que tout refaire ce type de voyage mais au Québec. Beaucoup moins cher et tout aussi intéressant ! Ayant préparé mes vacances deux mois à l’avance, j’étais hyper fébrile à l’idée de passer quelques temps seule à contempler la nature qu’offre notre belle province. Deux jours avant mon départ, j’ai préparé mon sac d’équipements, de linge et de nourriture pour passer deux semaines complètes à apprendre les rudiments du camping sauvage.  Ok ok, je savais très bien que je ne serais pas totalement en milieu sauvage (sauf pour quelques endroits) mais ayant peu d’expérience en Camping Sauvage, je me suis dit que tranquillement j’allais apprendre à me débrouiller seule.

La Région du Bas Saint-Laurent n’est pas à la porte de Montréal. Plus de 500km sépare ses deux régions et j’ai décidé de prendre l’autoroute 20 pour m’y rendre plus rapidement. J’ai donc arrêté dans le coin de Québec pour me dégourdir les jambes, mettre de l’essence et ensuite pris le chemin en direction de Rivière-du-Loup.  Ayant oublier quelques trucs chez moi (pas surprise), j’ai fait quelques commissions au Centre-Ville puis décidé à la dernière minute de voir le Parc des Chutes non loin. Bon… comme certains le savent, ma famille est du coin, précisément au village de l’Isle Verte et Ste-Arsène. Ayant souvent été à Rivière-du-Loup, je ne me souviens pas d’y avoir été. C’était maintenant que ça se passait !

Le parc des Chutes, est situé en plein cœur du Centre-Ville, il faut simplement prendre la rue Lafontaine et ensuite la rue Frontenac. Il y a alors un stationnement qui descend tout près de la chute qui à plus de 30 mètres de haut. Le véhicule stationné, je me suis rendue tout près de la chute et de la Centrale Hydroélectrique avant de me rendre dans les nombreux sentiers du parc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En fait, ce qui est bien intéressant c’est que le parc nous fait découvrir entre autre que cette ville qui fût l’une des premières de la région à produire de l’électricité… ce qui était en fait, très bon économiquement. Quelques photos prises des lieux et déjà me voila prête pour marcher une bonne heure. Ayant passé quelques temps à mémoriser les sentiers affichés sur le tableau avant la passerelle, j’ai décidé de prendre le Sentier 1 (Sentier de la Tournée) et bifurquer par le Sentier 4 (Sentier de la Nature). Passant sur des sentiers très bien aménagés et dans plusieurs écosystèmes, je trouvait l’endroit plutôt charmant. J’ai pu ainsi voir plusieurs aires de repos et de pique-nique dans des vergers. C’était très intéressant. Le soleil commençait à sortir le bout de son nez et je pouvais voir la beauté des lieux des quelques points de vue  du sentier.

Longeant la Rivière-du-Loup, par le Sentier de la Nature et par le Sentier de la Tournée, j’ai pris quelques clichés et pris le temps d’observer la nature, la faune et de respirer l’air frais. J’ai poursuivis mon chemin quittant là rivière à l’intérieur de la forêt au Nord du Parc. Quelques montées sans trop donner d’effort. À l’intersection, je prends le Sentier 6 (Sentier le Haut Plateau). Le sentier est moins aménagé et me fait beaucoup penser à ce que l’on voit dans les randonnées en montagne. J’ai continué avec le Sentier 2 (Sentier de la Falaise) observant la ville de Rivière-du-Loup de loin.  C’était simplement magnifique !

On peut d’ailleurs y voir des petites affiches de nom de parcours d’escalade de roche/glace sur la clôture séparant le sentier de la falaise. Après avoir fait quelques recherches à savoir comment on doit s’y prendre pour grimper, j’ai découvert Grimpe en Ville qui gère les opérations et qui est responsable de l’animation du site d’escalade de glace. Éventuellement, je ferais affaire avec eux après avoir suivis ma formation en escalade de glace.  Ayant, fait le tout du sentier, j’ai finalement aboutis à la deuxième passerelle Grande Chute, qui passe tout juste au dessus de la chute. Oula que c’était intense d’être la et d’entrendre le son de l’eau !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Malheureusement, je n’ai pu marcher au centre du Parc par manque de temps. Je devais visiter de la famille dans le coin avant mon voyage. Mais je sais que dans les autres sentiers, ont peu facilement observer des marais et marcher sur des cap rocheux. C’est une magnifique place qui est vouée à la mise en valeur d’une biodiversité en milieu urbain. Pour près de 9km de sentiers avec plusieurs points de vue, je trouve que c’est une place de choix pour simplement marcher, courrir, profiter de la nature, se promener en famille et pour les extrêmes, faire de l’escalade. C’est un endroit acessible à tous et gratuit.

Prenant le chemin pour se diriger à Ste-Arsène pour y voir ma tante et ma cousine, je me suis remémoré de plusieurs souvenirs de jeunesse. Quelques heures après, j’ai pris la route vers L’isle Verte ou ma grand-mère et ma mère y habitent.  J’ai pris quelques temps pour aller au Quai du Village et prendre de magnifiques photos des lieux.

Étant dans le coin, je ne pouvais me passer de rendre visite à la meilleure fromagerie (Fromagerie des Basques). Peu avant le souper, j’ai fait nombreuses provisions et j’ai finalement mis pied au chalet de ma grand-mère. Je me suis donc reposée et préparé mes équipements pour mon Séjour au Parc National du Bic le lendemain.

Pour voir les photos de la journée vous pouvez voir l’album de mon Compte Google+ – Voyage au Québec Jour 1  

Publicités