25 Décembre 2013

Le matin de Noël, nous nous sommes réveillés vers les 06h30 pour déjeuner rapidement en attendant notre moyen de transport. Nous avons pris une van de 15 personnes, mettant tous nos équipements à l’arrière du véhicule et avons entrepris un petit voyage de 7 heures en direction de Nong Kiaw. La route était particulièrement sinueuse et montagneuse. C’était très beau à voir et assez dangereux pour la conduite… My god, qu’ils conduisent n’importe comment !!! On pouvait observer nombreux villages aux abords de la route. Les maisons étaient tous fait en bois et bambou.

L’autovan nous a déposé sur le bord d’une route quelconque à quelques kilomètres avant le village de Nong Kiaw. Nous avons pu rencontrer nos guides locaux. Home son oncle et un autre guide nous ont aidé tout au long de ces 3 jours en montagnes.

Ils nous ont aidé pour les traductions, aidé pour la randonnée (vous comprendrez plus tard) et ont été de très bonne compagnie. Nous étions au total 13 personnes à faire cette expérience. Nous étions aux abords d’un village Hmong.

Pour résumer, les Mhongs sont des gens habitants dans les montagnes cultivant du riz à même les parois de montagnes près de leur village. Ils ont aidé les Américains lors de la Guerre et on été considérés comme des traitres aux yeux des autres communautés. Plusieurs furent persécutés et beaucoup ont fuit vers les États-Unis. Il ne reste que très peu de village Hmong au Laos et j’ai eue l’occasion de dormir dans l’un de ses village.

En fait, le village principal se situe dans les montagnes (ou nous avons séjourné une nuit). Le gouvernement à proposé aux gens de rapprocher le village vers la route pour diverse raisons. On voulait permettre aux enfants d’avoir une éducation (école aux abords de la route) et que les gens puissent être près de la civilisation, près des villes. Certains villageois ont décidé de déménager, d’autres non. Ce qui a séparé le village en 3 plus petits village, laissant des habitations vides et désuètes dans les montagnes. Ce qui est aussi surprenant, les enfants des gens habitants toujours dans les montagnes doivent faire 3-4 heures de randonnée en montagne tout les Lundis pour aller à l’école et tout les Vendredis pour revenir à la maison.  Seuls les enfants en bas de 8 ans restent au village.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Encore plus impressionnant, ils n’ont que des sandales pour monter ses chemins escarpés et rocheux dont nous avons eue facilité avec nos bottes de randonnée. Les enfants dormaient donc en semaine chez les autres gens du village. Il était donc temps pour nous de commencer notre route vers ce deuxième village caché dans les montagnes de la région.

Bien que ce n’était pas la saison de récolte de riz, nous avons pu voir de merveilleux paysages des rizières et de gens débutant leur culture, frichant le terrain, etc. Nous avons fait presque 3 heures de randonnée dans les montagnes ayant de magnifiques points de vue. Je vous ait dit que j’adorais les Montagnes !? Pour moi, passer une heure de temps à les contempler seule, assise, respirant l’air pure vaut tout l’or du monde. Je pourrait classifier la randonnée facile et pour tous. Le chemin est visible, la terre fait de glaise (parfois glissant) et nombreux petits rochers qu’il faut grimper.

Nous avons passé au travers de quelques rizières en montagne. Comme expliqué auparavant, les Mhongs font leur culture de riz sur les pentes des montagnes. Dans cette région, ils ne peuvent avoir qu’une récolte, parfois deux par année. Ils doivent donc faire leur réserve pour l’année longue. Le simple fait de voir dans quoi et ou ils travaillent m’ont fait réalisé qu’ils sont travaillant surtout pour avoir de quoi manger à l’année. Pour moi, cela m’a semblé impossible à faire. J’ai même appris que leur riz ne goûtait pas la même chose que le riz cultivé au sol même à une altitude moins élevée. Ce riz coûte même plus cher que le riz collant vendu au marché. Souvent, lorsque les gens ont un surplus de riz (calculé selon leur besoin pour le restant de l’année) ils en profitent pour aller le vendre dans les autres villages.

Nous avons dégusté un plat de Phad Thai fait par la famille de Home notre guide. Cela était plus que délicieux. Nous avons repris la route et avons changé de décors, nous étions au dessus des montagnes observant plusieurs vallées entourant Nong Khiaw. C’était plus que beau de voir ce paysage. Bien que cela semblait unique j’ai été quelque peu déçue d’apercevoir des touristes (Italien?) descendre la montagne sans être équipé.

En fait, ce Trek est touristique et plusieurs touristes font cette route en faisant un aller-retour. En fait, le village qu’on allait voir était disons LE PLUS MARQUANT de tout les villages fait de mon voyage. J’ai quand même pu me dire que l’on allait dormir dans ce village. Nous voila arrivé aux abords de ce village, on pouvait entendre les enfants dire  ‘phalang’ ‘phalang’ aux loin. Partout dans le monde, les Blancs se font nommer de plusieurs noms. Exemple : Gringo (Mexique), Mzungu (Afrique de l’Est) et au Laos les Blancs sont surnommé Phalang.

En raison de son passé colonial, les blancs parlaient français et Langue Française à été déformé au fil du temps avec phalang et est resté pour nous tous types riches non-asiatiques. À notre arrivée au village, le choc de culture arriva. Au moins, nous avons été accueillis par les enfants du village qui semblaient très content de nous voir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ayant déposé nos sac à dos dans l’habitation principale, nous avons visité le village. Niché sur des pentes abruptes fait de roches, de glaise, ont devait grimper le tout pour aller voir les maisons fait de bois marchant au travers les cochons, les chiens, les poules et les vaches se promenant libre ou bon il semblait. Les enfants nous suivaient de loin derrière.

Le village n’avaient pas d’électricité (quelques maisons seulement). L’électricité provenait d’un petit système de moulin placé dans une rivière ayant un faible courant. Je vais vous montrer une photo plus tard (partie Sud) Mais ou était cette rivière ? Un peu trop loin à mon avis. En fait, le village avait qu’une seule source d’eau. Elle était situé plus au …Nord, Sud,Est,Ouest …du Village, En fait j’étais désorientée et je ne me fiais plus trop aux directions.

La source d’eau provenait des montagnes et était transporté par un système fait à la mains par les villageois. Ce système était fait de bambou coupé en deux et supporté par des bouts de bois jusqu’à ce lieu ou tous pouvaient se laver, laver la nourriture, boire et encore. C’était disons surprenant.

Le choc y était mais ce n’était pas tout. Cela ne venait que de commencer.  Mais ou était les toilettes ? Ah bien bonne question. Il nous a fallu trouver des ‘spots’ pour nos fameux besoins sans être vu de tout ses enfants, tout ses villageois. On devait préparer notre Kit de Kleenex en tout temps dans nos poches. Ce n’est pas tout ! On devait aussi éviter de laisser nos kleenex au sol, donc, on devait garder le tout dans nos poches ou sac ziplock jusqu’à ce qu’on trouve un feu pour les bruler. Intéressant ! Surtout de voir les cochons se précipiter rapidement vers notre toilettes naturelle  pour je ne vous dirais pas pourquoi. Au moins, quelqu’un se chargeait de nettoyer le tout. hihihihi.

Pendant notre visite, nos guides préparaient de la nourriture locale chez le chef du village. Nous savions que le temps laotien pouvait être long alors nous avons marché au travers le village et avons été sur une colline observer le coucher du soleil. Comme mentionné, le soleil se couchait vers les 06h00 maximum. Les enfants du villages nous ont tous suivis. Nous nous sommes amusé avec eux au jeu de la bouteille. En fait, ce petit est très simple et amusant. Nous avons remarqué que certains enfants avait un en leur possession.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce Slingshot est en fait un outil de chasse. Les enfants chassent les oiseaux et les rapporte à leur parents pour les manger ensuite. Donc, nous avons décidé de faire un concours avec eux. Nous avons utilisé les bouteilles d’eau Nalgène de Patrick, un de nos collègue de voyage et les avons placés au loin pour que les enfants les touche avec les petites roches.

C’était particulièrement drôle de voir tout ses enfants ramasser des roches et les ‘garocher’ sur les bouteilles. J’ai d’ailleurs remarqué que les garçons se tenaient tous ensemble et les filles un peu plus à l’équart. Ils était aussi plaisant de les prendre en photo et de montrer leur visage de leur appareil. Ils étaient particulièrement gênés et riaient aux éclats en se voyant. Nous sommes donc resté sur cette montagne pour observer tout un magnifique coucher de soleil.

Nous avons décidé de retourner vers l’habitat principal qui nous accueillais et avons souper en groupe. Notre premier repas local était constitué d’une soupe avec des Bok Choy (oh mon dieu, ce ne sera pas la première fois que je vous en parle), des Courges, Citrouilles et du Riz Collant (ah ! ca non plus). Le souper terminé, nous avons quitté la maison pour s’installer à l’extérieur autour d’un feu. Il commençait à faire très froid mais les flammes nous gardait au chaud. Delphine, notre guide en a profité pour nous donner un cadeau de Noël. Nous avons tous (les femmes) reçue un Sarong pour se laver et les hommes des boxers. En fait, le Sarong décrit sur Wikipédia n’a pas la même signification en Asie du Sud-est. En fait, ce morceau de linge est utilisé pour les femmes principalement afin de cacher certaines parties du corps lorsqu’elle se change ou se lave.

Chez les femmes, les cuisses sont une partie érotique donc il faut qu’elle cache la partie des genoux jusqu’aux hanches. Il à été utile quelques fois durant ce voyage. Nous avons donc convenus de dormir en plusieurs groupe et ce dans différente maison du village. Marcel, Émmanuelle et moi avons dormi dans une maison très rustique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arrivé à la maison, nous nous sommes installés, en fait, tous dormaient sauf la grand-mère. Je lui ait offert une gaufre et une canne de lait sucré en signe de remerciement. Elle nous a accueillis et s’est couché peu après. Nous avons défait nos sac de couchage, nos matelas de sol, fait nos besoins aux abords de la maison, brosser nos dents et avons dormis les 3 collés l’un à l’autre, se réveillant quelques fois dans la nuit du aux aboiements de chien qui se chamaillaient, des cris des coqs et cochons non loin. Ahhh… ce n’est que le début !


Pour lire la suite de mon Voyage au Laos vous pouvez voir Voyage en Asie Laos, Départ du Village des Hmongs, Randonnée en Montagne et visite chez les Khmus (Jour 4) et pour ceux désirant voir les photos de mon Voyage, il est possible de visiter ma page Google Voyage Laos, Thailande 2013/2014

Publicités